Monde

USA : Steve Bannon renvoyé du Conseil de sécurité nationale par Donald Trump

Steve Bannon, le proche et sulfureux conseiller de Donald Trump, ne serait plus en poste au Conseil de sécurité nationale. Les citoyens américains hostiles à la présidence de Trump risquent donc de voir ce retrait comme un signal rassurant pour l’avenir de la démocratie américaine.

Le proche conseiller du président américain Donald Trump, Steve Bannon, ne ferait désormais plus partie du Conseil de sécurité nationale (NSC) d’après des révélations du Figaro. Cette information risque de faire couler beaucoup d’encre outre-Atlantique. Un responsable américain, sous couvert d’anonymat, aurait dévoilé ce changement important dans l’organigramme de la présidence Trump.

La chute de l’homme de l’ombre de Donald Trump

L’une des têtes pensantes de la mouvance ultra-conservatrice va donc perdre son rôle influent auprès du président américain. Steve Bannon vient en effet d’être exclu de ses fonctions à la Maison-Blanche. Donald Trump vient effectivement de remanier son Conseil de sécurité nationale en ce mercredi 5 avril. Le 45ème président américain a décidé d’exclure son conseiller.

Steve Bannon est une personnalité qui a fasciné les médias. Ce proche de Trump critiquait l’establishment et dénonçait ouvertement les élites. Il se situait dans la frange la plus conservatrice sur l’échiquier politique. Steve Bannon avait notamment été à la tête du site controversé Breitbart News.

Sa nomination au sein du Conseil de sécurité nationale avait déclenché une très forte polémique aux Etats-Unis. De nombreux responsables républicains et d’anciens hauts responsables du renseignement s’étaient en effet inquiétés de sa participation et de son engagement. La présence d’un « idéologue » susceptible selon eux de « politiser » cette instance était dommageable et dangereuse pour l’institution comme le rapporte Le Figaro.

Le renvoi de Steve Bannon du Conseil de sécurité nationale est-il une bonne nouvelle pour la démocratie américaine ?

Le Conseil de sécurité nationale a en effet un rôle clé dans l’administration américaine. Ce groupe est chargé de conseiller le président des Etats-Unis sur des thématiques essentielles liées à la sécurité et à la politique étrangère.

Cette décision a été entérinée par un décret signé par le président Trump d’après des informations de médias américains. Le Général H.R. McMaster va donc retrouver un rôle prépondérant en tant que conseiller pour la sécurité nationale depuis sa nomination en février dernier, selon USA Today. Le départ et le retrait de Steve Bannon vont ainsi permettre à des membres du conseil de retrouver un meilleur statut. Le général Joseph Dunford, Dan Coats (le directeur du renseignement national américain) et Tom Bossert (conseiller pour la sécurité intérieure) bénéficieront d’une aura plus importante au sein du Conseil de sécurité nationale, selon le New York Post.

Les conséquences du renvoi de Steve Bannon ?

Reste à savoir quelle sera l’attitude de Steve Bannon suite à ce revers important ? Cette décision est-elle uniquement symbolique ? L’influence de Steve Bannon va-t-elle se poursuivre malgré son renvoi ? Continuera-t-il  de dialoguer avec Donald Trump dans les couloirs et les coursives de la Maison-Blanche à Washington ? Cette nouvelle rassurante sur le plan politique tend à démontrer un apaisement de la part du président Républicain sur les questions de sécurité intérieure et sur le plan de la stratégie américaine à l’échelle internationale.

Les néoconservateurs et les conseillers de l’ombre avaient notamment été accusés par le passé d’avoir encouragé la guerre en Irak et en Afghanistan. L’intervention militaire américaine sous le mandat de George W. Bush en réponse aux attentats du 11 Septembre avait été contestée. Les mensonges devant le Conseil de Sécurité de l’ONU sur les armes de destruction massive a eu des conséquences désastreuses bien des années après, pour la diplomatie américaine, les services de sécurité et de renseignement. Le renvoi de Bannon pourrait être un gage de discernement de la part du président Trump et de ses conseillers. L’inexpérience de Bannon sur ces questions, n’étant pas un militaire de carrière, avait été également pointée du doigt.

Publié le jeudi 6 avril 2017 à 12:01, modifications jeudi 6 avril 2017 à 12:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !