Monde

Turquie : La censure et les purges massives des fonctionnaires s’intensifient

Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a interdit les émissions télévisées de rencontres amoureuses et bloqué l’accès à l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Dans le même temps, il a congédié près de 4.000 fonctionnaires.

La vague de purges et de censures s’est accentuée en Turquie.

Ainsi, dans la seule journée de ce samedi 29 avril, toutes les éditions de l’encyclopédie en ligne Wikipédia ont été bloquées par le gouvernement turc.

Un blocage imposé sur ordre administratif de l’Autorité turque des télécommunications (BTK). Cette dernière a indiqué sur son site :

Après une analyse technique et des considérations légales basées sur la loi n° 5651. Une mesure administrative a été prise pour ce site. Conformément à la décision n° 490.05.01.2017.-182198 du 29 avril 2017.

Ce blocage aurait un lien avec des articles de l’encyclopédie établissant des connivences entre Ankara et des organisations extrémistes.

Une nouvelle vague de purge chez les fonctionnaires

Après cela, l’État a congédié 3.974 fonctionnaires, selon un décret d’urgence publié au Journal Officiel.

Parmi les révoqués se trouvent plus d’un millier d’employés du ministère de la Justice. Ainsi qu’un millier d’autres dépendant de l’armée.

Cette nouvelle purge s’inscrit dans la continuité des renvois et arrestations ayant suivi le coup d’État avorté de juillet.

En effet, le 26 avril dernier, la Turquie avait déjà arrêté plus de 1.000 personnes et suspendu plus de 9.100 policiers. Ces arrestations étaient une nouvelle fois dans le cadre d’une nouvelle purge contre ceux qui sont présentés comme des partisans du prédicateur réfugié aux Etats-Unis Fethullah Gulen, auquel Ankara fait porter la responsabilité de la tentative de putsch du 15 juillet.

Si Fethullah Gulen a fermement démenti être à l’origine du coup d’Etat avorté, les autorités affirment que les purges sont nécessaires pour éradiquer ce « virus » de la société turque.

Dans le cadre de l’état d’urgence, 47 000 personnes ont déjà été arrêtées.

Interdiction d’émissions télévisées populaires

Enfin, le gouvernement conservateur de Recep Tayyip Erdogan a décidé d’interdire les émissions télévisées très populaires de rencontres.

En effet, en vertu de l’état d’urgence imposé après le coup d’État manqué de juillet, un décret publié au Journal Officiel a stipulé :

À la radio et à la télévision. Ce type de programmes dans lesquels les personnes sont présentées les unes aux autres pour trouver un petit ami… ne peuvent être autorisés.

En mars dernier, le vice-Premier ministre, Numan Kurtulmus, avait critiqué ces programmes « étranges qui mettent à la casse l’institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté ».

Ainsi, l’ensemble de ces décrets s’inscrit dans le durcissement engagé après la victoire du président Recep Tayyip Erdogan au référendum du 16 avril, un vote qui lui a permis de renforcer ses pouvoirs.

Publié le lundi 1 mai 2017 à 8:53, modifications dimanche 30 avril 2017 à 22:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !