Monde

Signature d’un accord historique sur le nom de la Macédoine

Le différend diplomatique explosif entre la Grèce et son voisin balkanique pourrait être réglé dimanche avec la signature d’un accord historique sur le changement de nom de l’Ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM), sa dénomination officielle actuelle, en “Macédoine du Nord”.

 

Pour mettre fin à cette querelle qui a commencé il y a 27 ans, mais dont les racines remontent à des siècles, les Premiers ministres grec Alexis Tsipras et macédonien Zoran Zaev ont annoncé la semaine dernière un accord pour rebaptiser le minuscule Etat des Balkans.

Leurs ministres des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont rendez-vous dimanche sur les rives du lac frontalier de Prespes pour signer officiellement cet accord historique, fruit de mois de marchandage diplomatique.

MM. Tsipras et Zaev, ainsi que des représentants des Nations unies et de l’Union européenne, qui se sont félicités de cette initiative, se joindront à eux.

Macédoine

(credit photo AFP) Macédoine

Les délégations signeront le texte du côté grec de la frontière avant de passer côté macédonien pour le déjeuner, a indiqué Athènes.

Depuis 1991, Athènes s’oppose à ce que son voisin s’appelle la Macédoine parce qu’elle a sa propre province septentrionale du même nom qui fut le berceau de l’empire d’Alexandre le Grand: une source de fierté pour les Grecs d’aujourd’hui.

Les deux jeunes Premiers ministres ont dû faire face à de vives réactions dans leur pays pour faire avancer la négociation.

Alexis Tsipras a été accusé de trahison par les partisans grecs de la ligne dure et, samedi, a surmonté une motion de censure contre son gouvernement destinée à bloquer l’accord avec Skopje.

Le président macédonien Gjorge Ivanov, à Sofia en Bulgarie le 14 juin 2018

(credit photo AFP/Archives) Le président macédonien Gjorge Ivanov, à Sofia en Bulgarie le 14 juin 2018

En Macédoine, le président Gjorge Ivanov prévoit d’exercer un droit de veto pour bloquer ce que l’opposition nationaliste a qualifié de “capitulation”.

Zoran Zaev, élu l’année dernière, a fait du rapprochement avec la Grèce une priorité pour assurer les adhésions de son pays à l’Union européenne et à l’OTAN, bloquées par Athènes depuis des années.

Long processus

Des manifestants des deux pays prévoient d’organiser des rassemblements de protestation près de Prespes dimanche.

L’accord doit encore être approuvé par le parlement macédonien et acté par référendum. Il doit également être ratifiée par le parlement grec, un processus qui risque de prendre des mois.

Parmi les critiques les plus ardents d’Alexis Tsipras se trouve son prédécesseur, le conservateur Antonis Samaras, qui était ministre des Affaires étrangères en 1991 lorsque le différend a commencé.

Une manifestation à Athènes le 16 juin 2018 contre l'accord annoncé entre la Grèce et la Macédoine sur le nom du pays

(credit photo AFP) Une manifestation à Athènes le 16 juin 2018 contre l’accord annoncé entre la Grèce et la Macédoine sur le nom du pays

“Vous avez reconnu une aberration qui ne stabilisera pas la zone, elle la minera”, a déclaré M. Samaras samedi. “Vous êtes en train de légaliser l’irrédentisme” (macédonien), a-t-il dit.

Les opposants à l’accord – qui reconnaît une langue et une nationalité macédoniennes – estiment quasi-certian que le pays sera appelé Macédoine par le monde entier, au lieu de Macédoine du Nord.

Les responsables d’Athènes insistent sur le fait que le processus contribuera à stabiliser la région des Balkans, ce qui permettra à la Grèce de se concentrer sur d’autres défis régionaux, notamment sur la Turquie et la question chypriote.

Ils notent également que la Grèce a déjà été critiquée par la Cour internationale de justice pour avoir bloqué l’adhésion de la Macédoine à l’OTAN. Dans un jugement rendu en 2011, le plus haut tribunal de l’ONU a déclaré que la Grèce avait “manqué à son obligation” en vertu d’un accord provisoire conclu en 1995 de mettre fin au différend sur le nom de l’ancienne république yougoslave.

La Macédoine a été admise aux Nations unies en 1993 sous le nom provisoire d’ARYM, mais plus de 120 pays, dont la Russie et les Etats-Unis, ont reconnu le pays des Balkans sous le nom de “République de Macédoine”.

Skopje espère obtenir une date pour commencer les pourparlers d’adhésion à l’UE lors d’un sommet européen fin juin et une invitation à rejoindre l’OTAN à la mi-juillet.

Publié le dimanche 17 juin 2018 à 8:15, modifications dimanche 17 juin 2018 à 10:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !