Monde

Royaume-Uni : Hospitalisation de Sergueï Skripal, un ancien espion russe

Sergueï Skripal, un ancien espion ayant travaillé pour le Royaume-Uni est décédé après avoir été exposé à une substance chimique inconnue.

STORY - Episode 8/38

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Skripal

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

S’agit-il d’un nouvel empoisonnement politique ? Il s’agit en tout cas d’une histoire digne de James Bond. En effet, selon la BBC, un homme a été hospitalisé dimanche 4 mars, à Salisbury (Royaume-Uni) au sud-ouest de Londres, après avoir été exposé à un puissant opiacé. Or, il s’avère qu’il s’agit de Sergueï Skripal, un ancien espion russe qui avait été jugé en Russie pour avoir fourni des informations à la Grande-Bretagne.

Espion russe pour le compte du Royaume-Uni

Ainsi, Sergueï Skripal, ainsi qu’une femme d’une trentaine d’années, ont été retrouvés inconscients sur un banc, dans un centre commercial de Salisbury.

Les deux personnes, dont nous pensons qu’elles se connaissent, ne présentaient aucune blessure visible. Et ont été emmenées à l’hôpital de Salisbury.

A déclaré l’agent de police Craig Holden.

Les policiers avaient été alertés par des passants ayant découvert le couple inanimé. Ils auraient été intoxiqués au fentanyl, un puissant opiacé, selon le quotidien The Guardian.

Aussitôt, les autorités ont cherché à retrouver l’origine de l’éventuel empoisonnement. Mais également s’il y avait un risque sanitaire pour le public. Finalement, une porte-parole des autorités sanitaires a affirmé qu’il n’y avait apparemment « pas de risque immédiat pour la santé du public ». Toutefois, la police du Wiltshire a conseillé au public d’appeler les services d’urgence « si votre état de santé ou celui de quelqu’un d’autre se détériore rapidement ».

La BBC a expliqué que l’homme de 66 ans est un ancien colonel du renseignement militaire russe. Accusé d’espionnage au profit du Royaume-Uni, il avait été condamné à 13 ans de prison en Russie en 2006. En effet, il avait été payé 100.000 dollars pour fournir au MI6, le renseignement britannique, les noms des agents russes présents en Europe. Finalement, il avait retrouvé la liberté en Angleterre grâce à un échange de prisonniers opéré en 2010 entre Moscou d’une part, Londres et Washington d’autre part.

Le spectre de l’affaire Litvinenko

Cette affaire a immédiatement fait resurgir le souvenir de l’affaire Litvinenko, du nom d’un ex-agent du FSB (services secrets russes). Cet opposant à Vladimir Poutine avait été empoisonné en 2006 à Londres au polonium-210, une substance radioactive extrêmement toxique.

L’homme avait fui la Russie pour Londres avec sa famille en octobre 2000. Il y avait rejoint le milliardaire Boris Berezovski, farouche ennemi de Vladimir Poutine, lui-même décédé dans des circonstances non élucidées en mars 2013.

Or, au Royaume-Uni, Alexander Litvinenko collaborait avec les services secrets britanniques. Il enquêtait notamment sur d’éventuels liens entre le Kremlin et des réseaux mafieux. Selon les conclusions de l’enquête menée par la justice britannique après sa mort, il avait été empoisonné. Il prenait un thé avec Andreï Lougovoï et Dmitri Kovtoun, deux ressortissants russes.

Cela ressemble à ce qui est arrivé à mon mari. Mais nous devons attendre plus d’informations.

A immédiatement réagi la veuve d’Alexander Litvinenko dans le Daily Telegraph. En outre, elle a estimé que si l’empoisonnement russe est prouvé, cela apportait la preuve que « rien n’a changé depuis la mort de son mari ».

Publié le mardi 6 mars 2018 à 12:17, modifications vendredi 6 avril 2018 à 9:59

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !