Monde

Ratko Mladić : Le « boucher des Balkans » condamné à la perpétuité pour génocide

La justice internationale vient de prononcer le verdict dans le cadre du jugement sur les crimes de guerre commis lors du conflit en ex-Yougoslavie. Ratko Mladić, surnommé « le boucher des Balkans », a été inculpé pour génocide, crime contre l’humanité et crime de guerre. Il était notamment poursuivi pour son rôle dans le massacre de Srebrenica en 1995. A l’époque, près de 8 000 hommes et des adolescents bosniaques de confession musulmane avaient été assassinés.

La sentence a donc été prononcée en ce mercredi 22 novembre, selon des informations de la RTBF. Le Tribunal Pénal international de La Haye pour l’ex-Yougoslavie vient de condamner Ratko Mladić à la perpétuité pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Ratko Mladic fera appel de ce verdict. Cette décision a été dévoilée par son fils dans le cadre d’une conférence de presse. Darko Mladić, a qualifié ce jugement de « propagande de guerre ».

Cette peine est injuste et contraire aux faits, et nous la combattrons en appel pour prouver que ce jugement est faux.

Un conflit meurtrier en ex-Yougoslavie

La guerre en ex-Yougoslavie s’est déroulée au début des années 1990, suite à l’effondrement du communisme. Le pays s’est malheureusement disloqué sous le poids des pressions nationalistes. Une série de conflits violents a ainsi éclaté faisant près de 150 000 victimes et des millions de déplacés. Le conflit était lié à des dissensions culturelles, religieuses et sur le plan de la langue.

Une justice à La Haye pour les familles des victimes des crimes de guerre

Ce procès historique tente donc de panser les plaies dans la région et participe au devoir de mémoire. Ce tribunal hors norme a été ouvert durant le conflit, en 1993. Ratko Mladić a été traduit devant la justice pour son rôle en tant que chef de l’armée serbe de Bosnie. Mladić  est le dernier, sur un total de 161 inculpés, à être jugé en première instance par le Tribunal Pénal international de La Haye pour l’ex-Yougoslavie. Ce Tribunal va donc fermer à la fin du mois de décembre. Radovan Karadzic, le leader politique des Serbes de Bosnie, avait été condamné l’année dernière à quarante ans de prison pour crimes contre l’humanité également. L’ancien président serbe, Slobodan Milosevic, est mort en 2006, malheureusement avant la fin de son procès.

Le rôle effroyable de Ratko Mladić

Le « boucher des Balkans » était accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocides pour le massacre de Srebrenica. Ses prises de décision dans le cadre du siège de Sarajevo ont également été lourdement condamnées et vivement dénoncées. Près de 350 000 habitants se sont retrouvés piégés pendant 400 jours. 10 000 personnes sont mortes lors de tirs d’obus et suite au déploiement d’escouades de snipers qui quadrillaient les périphéries de la ville.

Selon des précisions de Libération, Ratko Mladić a orchestré un nettoyage ethnique en Bosnie en vue de créer un Etat serbe « pur ». Il serait toujours considéré comme un héros en Serbie et par l’entité serbe de Bosnie.

La douleur et l’émotion des familles de victimes en ce jour historique

De nombreuses familles de victimes ont pu assister au verdict ce mercredi à La Haye. L’émotion était vive chez ces hommes et ces femmes qui ont perdu un parent, des enfants, un mari ou un frère. Certaines familles de victimes n’ont d’ailleurs toujours pas retrouvé les corps de leurs proches lors de la guerre et des nombreux massacres. Le conflit a fait 150 000 victimes. 7 000 personnes seraient toujours portées disparues selon des informations de la RTBF. D’importants charniers ont notamment été découverts depuis la fin du conflit.

Le verdict de Ratko Mladić intervient une semaine avant une autre décision majeure. Un jugement sera prononcé dans quelques jours à l’encontre de six hauts responsables militaires et politiques croates de Bosnie. Jadranko Prlic, leur ancien leader, est notamment rejugé en appel. Les différents jugements rendus risquent malheureusement d’envenimer les tensions entre la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et la Croatie. Les nationalistes croates de Bosnie seraient prêts à créer une troisième entité dans le pays selon des informations de Libération.

Publié le mercredi 22 novembre 2017 à 17:05, modifications mercredi 22 novembre 2017 à 17:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !