Monde

Qu’est-ce que la ricine, le poison mortel qui devait être utilisé dans l’attentat déjoué en France ?

Un nouvel attentat a été déjoué en France le 11 mai dernier. Ses auteurs auraient envisagé de passer à l’acte avec des explosifs ou de la ricine, un poison très violent.

Quelques jours après l’attaque survenue dans le 2ème arrondissement de Paris, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a déclaré ce vendredi 18 mai sur RMC qu’un projet d’attentat avait été déjoué. Ainsi, les deux frères, d’origine égyptienne, envisageaient d’utiliser de la ricine.

Soit des explosifs, soit de la ricine

Il y avait deux jeunes gens d’origine égyptienne qui s’apprêtaient à commettre un attentat. Avec, soit de l’explosif, soit de la ricine, qui est un poison très fort. Ils avaient des tutoriels qui indiquaient comment fabriquer des poisons à partir de ricine.

A détaillé Gérard Collomb sur la chaîne d’information.

La ricine est un poison peu connu mais mortel. La substance est une protéine toxique produite par un arbrisseau, le ricin. Il est principalement cultivé en Inde, Chine et au Brésil. La molécule est considérée comme étant le poison le plus puissant présent dans la nature. Il est ainsi 6.000 fois plus toxique que le cyanure.

Or, ce toxique est indétectable et extrêmement dangereux. Il présente plusieurs avantages. Peu coûteux, et facile à produire, il est le plus toxique du monde végétal. Considérée comme une arme biologique, la ricine peut être extraite de cette plante relativement commune et de ses graines.

Un dixième de gramme peut en effet entraîner la mort d’une personne de 100 kg. Souvent commercialisée sous forme de plantes d’ornements, elle est aussi à l’origine de la célèbre huile de ricin, réputée dans le monde entier pour ses vertus médicinales. Sauf que l’huile a, elle, été purifiée de la toxine.

Pas d’antidote

Il existe deux manières d’être contaminé : soit en inhalant le poison, soit en l’ingérant. Or, il n’existe à ce jour aucun antidote. Selon les experts en armes chimiques, si une personne respire ou avale de la ricine, les cellules de son estomac, ses intestins ou de ses poumons sont détruites les unes après les autres. La toxine se diffuse ensuite dans la circulation sanguine et s’attaque alors aux différents organes : le foie, les reins. Pour finalement conduire à la mort.

Ainsi, la ricine peut être utilisée dans le cadre d’opérations destinées à susciter des paniques collectives, notamment dans les attaques terroristes. L’empoisonnement le plus connu est sans doute le « coup du parapluie bulgare », à savoir une injection directe. Pour mémoire, en 1978, le journaliste bulgare Georgi Markov avait été assassiné avec de la ricine. Le principe actif était contenu dans un parapluie, dont la pointe a piqué la victime.

Publié le samedi 19 mai 2018 à 9:45, modifications samedi 19 mai 2018 à 12:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !