Monde

La promotion canapé n’est pas du viol selon l’avocat de Weinstein

On émet quelques doutes quant au choix de cette ligne de défense pour l’avocat du producteur Harvey Weinstein.

C’est un drôle d’écho à la cérémonie des César. Hier, Blanche Gardin s’interrogeait avec humour si les actrices pourraient toujours coucher pour avoir un rôle. Aujourd’hui, l’avocat de Harvey Weinstein, pose la même question. De façon très sérieuse. Il n’a pas non plus hésité à défendre son client qui n’a pas “inventé la promotion canapé”.

“Ce n’est pas du viol”

Son client fait l’objet de plusieurs plaintes pour agressions sexuelles. Il est indirectement à l’origine du mouvement #MeToo qui impacte la situation des femmes à travers le monde. Mais pourtant, selon son avocat Benjamin Brafman, Harvey Weinstein n’aurait rien fait de mal ou presque. Si une femme “décide d’avoir des relations sexuelles pour faire avancer sa carrière”, cela ne constitue pas un “viol” a-t-il ainsi expliqué sans sourciller dans une interview à nos confrères de The Times. 

Pour lui, passer à l’acte, serait une décision 100% “volontaire”, la reconnaissance

que vous êtes prêt à faire quelque chose qui est personnellement répugnant dans le but de faire avancer votre carrière.

Il insiste aussi sur le fait que “Harvey Weinstein n’a pas inventé la promotion canapé”.

A l’heure actuelle, ce sont une centaine de femmes qui ont accusé Harvey Weinstein de les avoir harcelées, agressées ou violées. Trois plaintes sont en cours et le studio est dans le viseur de l’Etat de New York.

Publié le samedi 3 mars 2018 à 19:25, modifications samedi 3 mars 2018 à 19:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !