Monde

Melania Trump nie son passé d’escort-girls et contre-attaque

L’épouse de Donald Trump a engagé des poursuites en diffamation contre des groupes de presse qui avait dévoilé son passé d’escort-girl.

Encore un nouveau rebondissement dans la famille Trump. Cette fois, c’est Melania, l’épouse du candidat Républicain à l’élection présidentielle américaine, qui alimente les articles de presse.

L’ancien mannequin d’origine slovène s’est retrouvée au cœur d’un des épisodes les moins glorieux de la campagne de l’élection présidentielle américaine . En effet dans un article, le Daily Mail Online, promettait des révélations sur « le passé osé » de Melania Trump.

En se basant sur les affirmations d’une biographie et d’un article publié dans un magazine slovène, le tabloïd affirmait que l’ex-mannequin avait travaillé, dans les années 1990, dans des agences qui proposait notamment les services d’escort-girls.

Le papier n’a absolument pas plu à Melania Trump qui a annoncé jeudi 1er septembre qu’elle avait engagé des poursuites en diffamation à l’encontre du Daily Mail Online et d’un blog, le Webster Tarpley qui s’était fait l’écho de ces prétendues révélations.

Les personnes visées ont fait plusieurs déclarations concernant Mme Trump qui sont 100% fausses et qui nuisent terriblement à sa réputation personnelle et professionnelle.

A déclaré Charles Harder, l’avocat de l’épouse de Donald Trump.

Il a également ajouté que :

Ces allégations sont si volontairement nuisibles, malveillantes et dommageables que les compensations doivent s’envisager à hauteur de 150 millions de dollars.

La plainte, déposée devant un tribunal du Maryland (un Etat du nord-est des Etats-Unis), vise la société Mail Media, qui publie le Daily Mail Online, ainsi que le Webster Tarpley, qui gère un blog dans cet Etat de l’est des Etats-Unis.

Le Daily Mail de son côté, s’est rétracté en évoquant qu’il avait simplement relayé les accusations des biographes slovènes qui avaient fait le lien entre l’agence qui proposait des services d’escort-girl et l’épouse du candidat à la Maison Blanche dans les années 1990.

L’article n’avait pas pour objet de suggérer ou de dire que les allégations sont vraies. Tout l’objectif de l’article était de montrer que ces allégations pourraient avoir un impact sur l’élection présidentielle américaine, même si elles étaient fausses.

S’est justifié le journal.

La troisième épouse du milliardaire et mère de leur fils, Barron, n’en est pas à son premier démêlé avec la presse américaine.

En effet, de nombreux médias avaient accusé l’ancien mannequin d’avoir travaillé illégalement aux Etats-Unis.

Dans son discours à la convention républicaine, Melania Trump avait affirmé qu’elle avait «toujours respecté la loi», retournant plusieurs fois par an en Slovénie pour faire tamponner son visa.

Publié le vendredi 2 septembre 2016 à 15:07, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !