Monde

L’Afrique a été le continent le plus frappé par le terrorisme en 2016

Alors que la menace terroriste semble s’intensifier en Europe après Paris, Nice, Londres, Manchester, Barcelone et Rotterdam, une récente étude sur le terrorisme démontre que l’Europe n’est pas la zone la plus ciblée par les terroristes à travers la planète. Ces données viennent d’être dévoilées par des chercheurs de l’Université du Maryland.

Plus de 13 400 actes de terrorisme ont été recensés dans le monde en 2016. Ce chiffre est en recul de 9 % par rapport à 2015. Ces attaques ont entraîné la mort de plus de 34 000 personnes, en baisse de 10% par rapport à l’année précédente. Parmi ces disparus figurent 11 600 auteurs d’attentats.

Des chiffres sur le terrorisme compilés par l’Université du Maryland

Ces données dévoilées par la rédaction de 7sur7.be émanent d’une étude publiée chaque année par des chercheurs de l’Université du Maryland au sein du National consortium for the study of terrorism and responses to terrorism (Start). L’étude est accessible en ligne au format PDF.

L’Afrique et le Moyen-Orient particulièrement ciblés par le terrorisme

Des actes de terrorisme ont eu lieu en 2016 dans 108 pays à travers le monde. Dans 87 % des cas et pour 97 % des victimes, ces attaques ont été recensées dans des pays d’Afrique sub-saharienne, d’Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie. Dix des onze actions terroristes les plus mortelles en 2016 ont eu lieu au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont neuf en Irak. Le bilan le plus lourd a notamment été enregistré en juillet 2016 à Bagdad. Un kamikaze avait alors fait sauter son véhicule dans un centre commercial du quartier de Karada. Cet attentat avait coûté la vie à plus de 380 personnes.

Les actions terroristes en Europe surmédiatisées et surestimées ?

L’Europe occidentale n’a été le théâtre que de 2 % des attaques mondiales en 2016. Les victimes dénombrées en Europe représentent moins de 1 % des morts liés au terrorisme à l’échelle de la planète. Le nombre de victimes européennes est également en baisse de 20 % par rapport à l’année précédente, en 2015, avec les tragédies à Paris (Charlie Hebdo, la nuit du 13 novembre) notamment.

L’attaque à la voiture bélier : un mode opératoire de plus en plus fréquent

L’étude remarque toutefois un accroissement notable en 2016 de l’usage de véhicules comme armes par destination. L’attentat du 14 juillet 2016 à Nice utilisait notamment cette méthode.

Cette tactique n’est pas sans précédent, mais il y a eu une augmentation marquée de sa fréquence et de sa mortalité.

Des attaques similaires ont été recensées en Allemagne et encore récemment à Barcelone. Les services de sécurité tentent depuis de renforcer les mesures de sécurité avec l’utilisation de plots en béton. Les artères des grandes villes sont ainsi mieux protégées lors des grands rassemblements populaires et culturels face à la menace terroriste.

 

Publié le jeudi 24 août 2017 à 16:32, modifications jeudi 24 août 2017 à 16:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !