Monde

Kim Jong-Un entend dénucléariser complètement la Corée

Suite à l’accord historique avec les Etats-Unis, la Corée du Nord s’est engagée à respecter le processus dénucléarisation de la péninsule.

Ce mardi 12 juin fut un moment historique pour les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord. En effet, lors d’un sommet organisé à Singapour, le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-Un ont échangé une poignée de main historique et ont montré leur entente sur un certain nombre de sujets de premier plan.

Parmi eux, on peut citer le nucléaire, qui a toujours été au cœur du conflit entre les pays. Mais la Corée du Nord s’est finalement engagée dans une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».

Un accord historique qui présente quelques failles

D’après Donald Trump, le processus de dénucléarisation serait imminent, après des années de conflits. En effet celui-ci pourrait commençait très rapidement d’après les mots du président, qui s’est également engagé à garantir la sécurité de la Corée du Nord. 

Mais ces garanties ainsi que le calendrier de la dénucléarisation restent encore très flous. En effet, d’après Donald Trump, ce processus prend beaucoup de temps. Celui-ci a toutefois tenu, lors de la conférence de presse qui a suivi l’accord, a préciser qu’il faudrait moins de 15 ans pour y parvenir.

Quant aux sanctions prises contre la Corée du Nord, elles seront levées par les États-Unis dès que la preuve que la dénucléarisation a été effectuée sera apportée. C’est en tout cas ce qu’a assuré Donald Trump face aux journalistes.

Une autre faille réside dans le fait que cet accord ne précise pas le caractère vérifiable et irréversible de la dénucléarisation coréenne. Pourtant, les États-Unis réclamaient cette clause avant le sommet Singapour.

Les journalistes n’ont donc pas manqué d’interroger Donald Trump sur l’absence de celle-ci. Le président leur a simplement répondu que c’était à cause d’un manque de temps, avant de préciser qui n’était là que pour un seul jour et qu’il avait une confiance aveugle dans les vertus de cet accord.

Enfin, le président américain a affirmé que les États-Unis n’apporteront aucune aide à la Corée du Nord dans son processus de dénucléarisation. En revanche le Japon, la Corée du Sud et les autres pays environnement se sont portés garants pour le faire à sa place.

Un pas en avant dont se vante Donald Trump

Les deux chefs d’État se sont engagés à mettre en place les clauses prévues dans cet accord de façon exhaustive et très rapide. Donald Trump a également tenu à rappeler Kim Jong-Un lui avait signifié sa volonté ferme et inébranlable sur ce sujet.

Donald Trump a également évoqué ses discussions très productives avec son homologue coréen, qui lui a promis de détruire notamment un site de tests de missiles. D’après le président américain, la question des droits de l’Homme a également été abordée sans complaisance.

Celui-ci s’est également engagé à mettre un terme définitif aux démonstrations de force militaires effectués avec la Corée du Sud, qu’il juge lui-même très belliqueux envers la Corée du Nord.

Cette rencontre peut paraître hallucinante aux yeux différents observateurs mondiaux. En effet, il y a quelques mois seulement, les tensions étaient à leur comble entre les deux pays, qui ne sont pas passés très loin d’un affrontement direct.

Pourtant, Kim Jong-Un a affirmé avoir « tourné la page du passé » a travers cette rencontre qui est selon lui un excellent « prélude à la paix ». Donald Trump en a également profité pour qualifier sa relation avec le leader nord-coréen de « très spéciale », et s’est montré très heureux que cette rencontre se soit passée de façon aussi apaisée et conciliante.

Une vraie victoire pour le leader nord-coréen

À travers ce sommet, Kim Jong-Un a réussi ce que son père et son grand-père n’avaient jamais accompli en près de 6 décennies. La Chine, principal allié de la Corée du Nord, a également tenu à saluer cette rencontre et appelé le pays à respecter son engagement de dénucléarisation.

Les deux leaders se sont entretenus pendant cinq heures, d’abord lors d’un tête-à-tête, puis à travers un repas et une réunion. A la fin de la journée, Donald Trump s’est également dit prêt a inviter Kim Jong-Un à la maison blanche en temps voulu. Et non, vous n’êtes pas en train de rêver !

Publié le mercredi 13 juin 2018 à 11:04, modifications mercredi 13 juin 2018 à 10:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !