Monde

Japon : la doyenne de l’humanité meurt à l’âge de 117 ans

La Japonaise Nabi Tajima, vraisemblablement la doyenne de l’humanité, est décédée ce samedi à l’âge de 117 ans, au Japon.

Décès à 117 ans

La doyenne présumée de l’humanité, Tabi Tajima, est décédée le samedi 21 avril 2018 à l’âge de 117 ans. La vieille dame serait morte sur son île natale de Kikai, dans la région de Kagoshima, au Japon. Née le 4 août 1900, elle était la dernière personne connue née au 19e siècle. Elle aurait eu plus de 160 descendants, dont des arrière-arrière-arrière-petits-enfants.

Mme Tajima vivait dans une maison de retraite. Elle était très faible depuis le mois de janvier et avait été hospitalisée. Elle était devenue la doyenne de l’humanité à la suite du décès de la Jamaïcaine Violet Brown à 117 ans en septembre 2017.

Toutefois, le titre ne lui avait pas encore été conféré par le Guinness des records, qui menait l’enquête depuis le décès de Violet Brown. L’organisation a en revanche annoncé le 10 avril que le doyen de l’humanité était le Japonais Masazo Nonaka.

Au pays des centenaires

Un groupe de recherches de gérontologie, basé aux États-Unis, a d’ores et déjà identifié la nouvelle doyenne de l’humanité. Il s’agirait de Chiyo Miyako, résidant à Yokohama, au sud de Tokyo, qui célèbrera son 117e anniversaire dans 10 jours.

La longévité des Japonais n’est guère surprenante. En effet, le pays est célèbre pour la longue espérance de vie de ses habitants. Selon les statistiques officielles, le Japon compterait environ 68.000 centenaires.

Le record de longévité pouvant être prouvé officiellement, tous sexes confondus, est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans, selon le Guinness.

Publié le dimanche 22 avril 2018 à 19:22, modifications dimanche 22 avril 2018 à 17:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !