Monde

Guatemala : Incendie meurtrier dans un foyer d’accueil

Au moins 22 adolescentes tuées

Au Guatemala, un incendie s’est déclaré dans l’aile réservée aux filles d’un foyer d’accueil de mineurs. Il a fait au moins 22 morts et 25 blessés.

Un foyer d’accueil pour mineurs au Guatemala a été le théâtre mercredi 8 mars d’une nouvelle tragédie. Il s’agit d’un incendie ayant causé la mort de 22 adolescentes âgées de 14 à 17 ans.

Le feu s’est déclaré dans l’aile réservée aux filles du foyer Seguro Virgen de la Asuncion, situé à San José Pinula, à une vingtaine de kilomètres à l’est de la capitale, Guatemala.

Ce foyer, une entité qui dépend du Bien-être social de la présidence guatémaltèque, accueillait, sur décisions de justice, des enfants et adolescents mineurs victimes de violences ou vivant auparavant dans la rue.

Pour le moment, nous avons la confirmation que 19 adolescentes sont mortes, dont 17 sont mortes calcinées

A expliqué aux journalistes la secrétaire générale du ministère public (bureau du procureur), Mayra Veliz.

Hélas, trois autres décès ont été enregistrés à l’hôpital de la capitale des suites de leurs blessures.

Le foyer accusé de mauvais traitements et d’abus sexuels

Selon les premières informations relayées par RFI, mardi soir les mineurs du foyer avaient manifesté pour dénoncer la mauvaise alimentation et les abus physiques dont ils disent être les victimes dans l’institution.

De plus, une quarantaine d’enfants s’étaient évadés du foyer, préférant la rue aux mauvais traitements.

Le foyer était accusé depuis 2015 de faire subir des vexations aux mineurs qu’il était censé protéger, mais aussi d’abus sexuels et de viols.

Mercredi matin, ils avaient à nouveau protesté, avant que l’incendie ne se déclenche. En effet, les personnels du foyer étaient sur le point de distribuer les repas lorsque les adolescentes se sont rebellées. Elles ont mis le feu à des matelas dans une chambre.

Rapidement, les flammes se sont propagées et les mineures se sont retrouvées piégées. Certaines ont réussi à s’échapper, mais beaucoup sont mortes carbonisées.

Le Parisien a relaté que selon des chiffres officiels, le foyer avait une capacité d’accueil de 400 mineurs. Or, la presse locale a assuré qu’il en hébergeait environ 800.

C’était une bombe à retardement, il fallait s’attendre» à une telle tragédie.

A confié Angel Cardenas, un ancien employé de l’administration du foyer, dénonçant un climat de violence quotidien dans le centre.

La procureure exige la fermeture

Le bureau du procureur général avait fait un rapport sur les droits des mineurs bafoués dans ce centre. Beaucoup souffraient de maladies de la peau. Le foyer disposait de peu de personnel pour s’en occuper. Et pourtant, malgré les nombreuses plaintes, et les demandes de mesures de protection par le procureur chargée de l’enfance, aucune enquête n’a abouti.

La Procureure chargée des droits humains et de l’enfance, Hilda Morales a déclaré aux journalistes qu’elle exigerait la fermeture de l’établissement. Elle a demandé l’identification des responsabilités pénales et administratives des dirigeants qui ont failli à leur mandat.

En réaction à cette tragédie, les députés guatémaltèques ont demandé à observer une minute de silence dans l’hémicycle en hommage aux victimes. Ils ont exigé par ailleurs le remplacement immédiat des dirigeants du foyer.

Publié le jeudi 9 mars 2017 à 11:56, modifications jeudi 9 mars 2017 à 11:56

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !