Monde

Fusillade au Texas : Les autorités confirment le motif familial du tueur

Selon la police, l’homme qui a tué 26 personnes dans une église du Texas avait des motivations familiales.

Le tireur, Devin Patrick Kelley, qui a abattu dimanche 26 personnes dans la First Baptist Church de Sutherland Springs au Texas, a probablement agi en raison d’un « différend familial ».

Il y avait un différend dans cette famille.

A indiqué David Freeman un responsable des forces de l’ordre du Texas.

En outre, il a expliqué que la belle-mère du tueur, fréquentait cette église. Plusieurs victimes se trouvaient toujours à l’hôpital plus de 24 heures après la tuerie. La fusillade a été perpétrée par cet homme de 26 ans évincé de l’US Air Force après un passage en cour martiale en 2012. Reconverti depuis en agent de sécurité.

Mystère sur le jour de l’attaque

A ce jour, l’enquête n’a pas encore permis de déterminer avec certitude pourquoi l’ancien caporal a choisi la First Baptist Church de Sutherland Springs, petite bourgade bien texane à l’est de San Antonio, pour commettre l’irréparable.

Or, les enquêteurs semblaient convaincus lundi 6 novembre que le massacre commis la veille dans une église du Texas trouve son mobile dans un simple différend familial. Toutefois, aucun membre de la belle-famille du tireur n’était présent ce dimanche dans la petite église en bois.

Nous ne savons pas pourquoi il est venu ce jour là.

A indiqué plus tôt le shérif du comté, Joe Tackitt.

La grand-mère de la femme du tueur parmi les victimes

Selon CNN, qui cite plusieurs amis de la famille, la grand-mère de la femme du tireur a été abattue dans l’église. Pourtant, le tueur, connu pour ses positions farouchement anti-religieuses et athées n’a pas choisi cette église au hasard.

Il y avait une situation compliquée dans son entourage. On peut même parler de crise familiale. La belle-mère de ce suspect fréquentait cette église. Nous savons qu’elle a reçu récemment plusieurs messages de menace de sa part.

A expliqué David Freeman.

La tuerie, la pire dans l’histoire du Texas, a relancé l’éternel débat américain sur la régulation de la circulation des armes à feu. Une controverse que le président Donald Trump a immédiatement balayé :

La santé mentale est le problème ici. Ce n’est pas une question liée aux armes.

A-t-il déclaré à l’occasion d’une conférence de presse commune avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo.

Il a toutefois dénoncé une fusillade « terrifiante » et un « acte diabolique ».

Publié le mardi 7 novembre 2017 à 13:36, modifications mardi 7 novembre 2017 à 14:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !