Monde

Fusillade au Texas : le tireur de 17 ans en pleine confusion mentale selon son avocat

La fusillade qui s’est produite vendredi 18 mai dans un lycée de la communauté rurale de Santa Fe a fait 10 morts et 13 blessés. L’auteur, un lycéen texan “ordinaire” se trouve dans un “état de confusion mentale” a affirmé ce lundi 21 mai son avocat.

Dimitrios Pagourtzis, élève de 17 ans scolarisé à la Santa Fe High School, où il a mené son assaut, a été inculpé notamment pour meurtre, un chef d’accusation passible de la peine de mort pour un adulte. Il s’est servi d’un fusil et d’un pistolet détenus légalement par son père.

Il a tiré pendant trente minutes, vendredi dernier, sur ses condisciples et sur la police dans son lycée de Santa Fe, au sud de Houston (Texas). Alors qu’il avait prévu de mettre fin à ses jours à l’issue de la mascarade, Dimitrios semble s’être ravisé ou n’a pas eu le cran d’aller jusqu’au bout.

En pleine confusion

Trois jours après cette nouvelle tuerie dans une école aux États-Unis, la dixième depuis le début de l’année (douze autres établissements ont été touchés par des tirs sans qu’il y ait de victimes), les motivations du jeune assassin restent mystérieuses.

Je pense qu’il y a, à coup sûr, quelque chose dans les antécédents en termes de santé mentale

a indiqué Nicholas Poehl, avocat commis d’office, selon la chaîne NBC News.

Il est passablement hébété. Je pense qu’il est toujours en pleine confusion au sujet de l’incident

Le shérif Henry Trochesset du comté de Galveston, où se trouve la ville de Santa Fe, a indiqué lors d’une conférence de presse que l’adolescent avait été placé sous surveillance spéciale par crainte qu’il ne se suicide en détention.

Trenton Beazely, un élève réchappé de la fusillade de vendredi, a raconté sur ABC que le tireur “jouait de la musique, faisait des blagues et répétait des slogans et des vers”. “Chaque fois qu’il tuait quelqu’un, il disait ‘Another one bites the dust'” (un autre mord la poussière), titre d’une chanson célèbre du groupe Queen.

Un garçon “cool mais secret”

Selon le Figaro, Dimitri se distinguait essentiellement par le port d’un long trench-coat noir par tous les temps, même sous la chaleur texane parfois écrasante. Il en avait posté la photo sur sa page Facebook avec l’explication des pin’s dont il était orné : le marteau et la faucille communistes pour représenter la rébellion, la croix de fer nazie censée symboliser la bravoure, le soleil levant japonais en référence aux kamikazes, un Baphomet – idole à cornes réputée liée au culte des Templiers – pour évoquer le diable et Cthulhu, créature de science-fiction censée représenter le pouvoir. Un mélange difficile à décrypter avant le passage à l’acte. S’y ajoute la photo d’un T-shirt noir marqué des mots: «Born to kill»

Selon plusieurs témoignages, l’adolescent était jugé “cool mais secret”. Quelques semaines avant son passage à l’acte, il aurait subi plusieurs humiliations de la part de ses camarades et professeurs. Un coach lui aurait dit qu’il sentait mauvais. La mère d’une des victimes a raconté que Pagourtzis avait fait des avances pendant plusieurs mois à sa fille, Shana Fisher, 16 ans, et que l’adolescente l’avait constamment éconduit. «Il devenait de plus en plus agressif, a-t-elle déclaré. Finalement, Shana l’avait affronté devant toute la classe la semaine précédent les événements.”

Publié le mardi 22 mai 2018 à 15:27, modifications mardi 22 mai 2018 à 15:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !