Monde

Etats-Unis : Donald Trump n’a pas réussi à abroger l’ObamaCare

Echec cuisant pour le président américain

Donald Trump a dû se résigner vendredi à retirer le texte qui devait remplacer l’ObamaCare. Le président des États-Unis n’a pas réussi à obtenir la majorité sur cette grande promesse de campagne.

Après une semaine d’âpres négociations, Donald Trump a dû renoncer, vendredi 24 mars, à l’une de ses principales promesses de campagne, l’abrogation de l‘ObamaCare.

Cette réforme de la loi sur l’assurance de santé signée par son prédécesseur Barack Obama.

C’est un nouveau revers, et non des moindres, pour le président américain.

En effet, vendredi 24 mars, Donald Trump a dû se résigner. Il s’est vu contraint de retirer le texte qui devait remplacer l’ObamaCare, à la demande du président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Celui-ci ne disposait pas des 216 voix nécessaires pour faire avancer le texte jusqu’au Sénat.

Cela s’est joué à très peu de chose

S’est désolé Donald Trump dans la nuit de vendredi 24 mars à samedi 25 mars.

Il s’est dit « déçu » et « un peu surpris ».

Ainsi, cette réforme de la santé, sa première proposition législative d’envergure devait marquer la rupture avec les années Obama. Hélas, elle s’est fracassée sur un Congrès pourtant contrôlé par son parti.

Cependant, le président des Etats-Unis a déclaré ne pas accabler les élus républicains. Il a préféré reporter la faute sur la minorité démocrate.

Dissensions chez les Républicains

Car ce sont bien des dissensions au sein de son propre camp qui ont été à l’origine de cet échec. Un parti pourtant majoritaire dans les deux chambres du Congrès.

En effet, après deux jours de débats sur la réforme santé et de nombreuses tractations en coulisses, les voix de certains élus républicains frondeurs lui ont fait défaut. Ces derniers trouvant que la réforme de l’ObamaCare était trop modérée et qu’elle conservait trop de réglementations coûteuses.

Or, si les républicains ont fait voeu de l’abroger dès leur retour au pouvoir, la promesse s’est heurtée à la réalité du système de santé. Soit un enchevêtrement d’assurances publiques et privées à l’équilibre instable.

Selon les estimations, le projet de réforme initial avait déjà eu pour effet de sortir 24 millions de personnes du système d’assurance maladie.

Les coûts individuels auraient augmenté. Et des services essentiels instaurés par ObamaCare, tels que les urgences et les soins de grossesse, n’auraient plus été obligatoirement couverts.

ObamaCare est la loi, et restera la loi tant qu’elle ne sera pas remplacée.

A tranché Paul Ryan.

Ainsi, aucun retour de cette réforme emblématique n’est envisagé pour le moment.

Néanmoins, Donald Trump a affirmé vendredi que la réforme fiscale promise durant sa campagne était désormais devenue la priorité de son administration et du Congrès.

Publié le dimanche 26 mars 2017 à 10:52, modifications dimanche 26 mars 2017 à 11:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !