Election présidentielle en Russie : Des centaines d’irrégularités dénoncées par l’opposant Alexeï Navalny et l’ONG Golos

Une ONG Golos, spécialisée dans la surveillance des élections, et l'opposant Alexeï Navalny ont fait état de nombreux cas d’irrégularités dans ce premier scrutin de l’élection présidentielle en Russie.

Les Russes ont commencé à se rendre aux urnes ce dimanche 18 mars pour une élection présidentielle qui devrait déboucher sans surprise sur le triomphe de Vladimir Poutine. En effet, celui-ci est crédité d’environ 70% des intentions de vote. Symboliquement, le scrutin se tient quatre ans jour pour jour après la ratification du rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie. Une date décidée à l’issue d’un référendum jugé illégal par Kiev et les Occidentaux. Ainsi, en représailles à la tenue de la présidentielle en Crimée, Kiev a décidé de bloquer le vote des électeurs russes résidant en Ukraine.

Pourtant, Le Monde rapporte que d’après l’opposant Alexeï Navalny et l’ONG Golos plus d’un millier d’irrégularités ont déjà été observés. Or, il s’agit surtout de manoeuvre visant à augmenter le taux participation pour ce premier scrutin. Un premier tour de l’élection présidentielle au terme duquel Vladimir Poutine devrait largement être élu pour entamer son quatrième mandat.

Bourrage d’urnes et votes multiples

En outre, l’ONG Golos faisait état à 11 heures (midi à Paris) de 1.839 cas d’irrégularités. Cette organisation est spécialisée dans la surveillance des élections. Aussi, a-t-elle dressé une carte des fraudes sur son site Internet.

Il s’agissait notamment de bourrage d’urne, des cas de votes multiples. Ou encore des entraves au travail des observateurs. Golos s’est notamment émue d’informations faisant état de contraintes exercées par des employeurs ou universités. En effet, ceux-ci auraient forcé leurs employés et leurs étudiants à voter non pas à leur lieu de domicile mais sur leur lieu de travail ou d’étude. A titre d’exemple, Le Monde indique que des militants de l’opposition ont décrit que des électeurs avaient été amenés en bus dans les bureaux de vote par la police. De plus, des coupons de réductions étaient distribués aux Russes qui se rendaient aux urnes.

On a promis aux électeurs des poulets en échange de leur vote.

A ainsi rapporté Ivan Jdanov, un juriste de l’équipe de Alexeï Navalny.

Le mouvement du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, affirme avoir dépêché plus de 33.000 observateurs dans les bureaux de vote. Or, il rapporte que des centaines de cas de fraudes, surtout à Moscou et sa région, à Saint-Pétersbourg et en Bachkirie dans l’Oural. Ainsi, l’avocat russe a diffusé sur son compte Twitter une vidéo. Il l’a présentée comme une preuve montrant un bourrage d’urne dans un bureau de vote dans l’Extrême-Orient du pays. Un point sur lequel la Commission électorale a promis d’enquêter.

Enfin, ses partisans dépêchés comme observateurs ont également dénoncé des entraves à leur travail.

Modifié : 18 mars 2018 15 h 58 min

Voir les commentaires (1)

  • Bonjour, je tiens a ajouter quelque chose, vous parlez dans votre article de l'ONG Golos cependant vous oubliez de préciser une chose qui a son importance...

    Definition sur wikipedia : Golos est une organisation non gouvernementale russe fondée en 2000, financée par le gouvernement américain......

    Ce n'est ce que l'on appel de l'ingérence non ?

Ce site utilise des cookies.