Monde

Disparition du sous-marin argentin : un bruit inquiétant fait craindre une explosion à bord

Les autorités en Argentine sont toujours à la recherche du sous-marin porté disparu. Les 44 marins, potentiellement toujours à bord, pourraient malheureusement manquer d’oxygène. Les réserves sont effectivement épuisées au bout de sept jours passés en immersion.

Le mystère persiste concernant le sous-marin argentin San Juan, porté disparu depuis plusieurs jours. Enrique Balbi, le porte-parole de la marine argentine, a tenu une conférence de presse le mercredi 22 novembre, à Buenos Aires. Il a dévoilé qu’un bruit anormal a été enregistré à bord du San Juan, il y a une semaine. Cet incident est intervenu trois heures après la dernière communication émise par le submersible. Cette zone se situe à 400 kilomètres des côtes de la Patagonie, à 60 kilomètres au nord de la dernière position communiquée par le sous-marin. Le San Juan se rendait à la base navale de Mar del Plata, le port d’attache de l’embarcation.

Nous avons été informés d’un indice officiel, du mercredi 15 novembre à 11 heures dans la zone d’opération du sous-marin : une anomalie hydro-acoustique. C’est un bruit qu’il faut analyser. Nous sommes préoccupés, comme les familles.

Les familles des marins sont en effet dans l’angoisse et dans l’attente. Beaucoup d’entre eux se sont rassemblés devant la base navale de Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires.

Les principales pistes sur la disparition du sous-marin San Juan

La marine argentine avait « sollicité aux Etats-Unis et à différentes agences des relevés acoustiques » correspondant au mercredi 15 novembre, date du dernier échange avec le submersible, vers 7 h 30, heure locale. Ces données ont finalement pu être récoltées ce mercredi. Selon un ancien commandant de sous-marin, interrogé par l’AFP, ce bruit pourrait être lié à une explosion. Selon la marine argentine, le San Juan avait donc signalé une avarie avant sa dernière communication. Cet incident n’aurait pas été jugé suffisamment grave pour déclencher une procédure d’urgence. Le commandant du San Juan avait annoncé lors de son dernier message qu’il maintenait le cap vers Mar del Plata. Trois navires faisaient route vers la position indiquée afin de tenter de localiser le sous-marin. Ces embarcations devaient arriver sur zone mercredi, en fin de soirée.

Très vive inquiétude pour l’équipage à bord

S’ils sont encore en vie, les 44 marins pourraient manquer d’oxygène, les réserves étant en théorie épuisées en sept jours, selon Enrique Balbi.

Nous sommes au septième jour, dans une phase critique pour l’oxygène, si nous sommes dans un scénario d’immersion.

L’autonomie du San Juan, à la surface, peut atteindre plusieurs semaines. Le submersible pourrait être donc à la lisière de l’eau et ne pas être encore localisé suite à de mauvaises conditions climatiques.

Une très forte mobilisation internationale pour tenter de localiser l’embarcation

Selon des informations du Monde, plus de 4 000 personnes, de huit pays différents, participent aux opérations de secours. La zone de recherches, initialement de 300 kilomètres de diamètre, a été entièrement quadrillée. Elle vient d’être étendue à une surface de près de 1 000 kilomètres de long du nord au sud et de 500 kilomètres d’est en ouest. Au total, quatorze navires et dix avions sont mobilisés pour les recherches. Les principales nations engagées sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Brésil, le Chili et l’Uruguay. Un avion militaire britannique, transportant des experts et du matériel pour les recherches, s’est d‘ailleurs posé sur le sol argentin pour la première fois depuis la guerre des Malouines entre les deux pays en 1982.

Les causes exactes du drame demeurent mystérieuses

Le sous-marin argentin ARA San Juan est donc porté disparu depuis plus d’une semaine. Le submersible aurait été victime d’une avarie de son système de télécommunications. Le sous-marin aurait-il pu dévier de sa route ? L’avarie constatée sur son système de télécommunications est-elle révélatrice d’un incident plus grave encore ? Les recherches, toujours en cours, pourraient apporter un certain nombre de réponses.

Le pire accident de sous-marin de ces trente dernières années s’était déroulé le 12 août 2000. Le sous-marin russe Koursk avait sombré en mer de Barents. 118 membres d’équipage sont décédés dans ce drame.

Publié le jeudi 23 novembre 2017 à 15:22, modifications jeudi 23 novembre 2017 à 14:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !