Monde

Corée du Nord : Donald Trump se réjouit du défilé sans missiles intercontinentaux à Pyongyang

La Corée du Nord a organisé un défilé militaire pour célébrer son 70ème anniversaire. Alors que Kim Jong-un s’est abstenu de montrer les missiles balistiques intercontinentaux, Donald Trump a remercié le leader nord-coréen pour cette initiative.

Des milliers de soldats suivis par l’artillerie et des chars ont défilé à Pyongyang dimanche 9 septembre pour célébrer le 70ème anniversaire de la Corée du Nord. Cependant, Kim Jong-un s’est abstenu de montrer les missiles balistiques intercontinentaux. Ceux-là même qui lui ont valu de multiples sanctions internationales. Ainsi, le président américain, Donald Trump, a salué, dimanche 9 septembre, ce défilé militaire sans missile nucléaire. Par ailleurs, il a remercié le leader nord-coréen Kim Jong Un pour cette initiative.

C’est un message fort et très positif de la part de la Corée du Nord.

A tweeté le président américain, adressant un « Merci au président Kim ». En outre, il a estimé que rien ne valait « un bon dialogue entre deux personnes qui s’apprécient ».

Chars, avions et lance-roquettes

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a été proclamée le 9 septembre 1948. Soit trois ans après la division de la péninsule par les Etats-Unis et l’URSS aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Depuis, les grands événements rythment traditionnellement le calendrier politique de la Corée du Nord. Ils sont notamment l’occasion pour le régime de faire la démonstration de ses progrès dans sa quête pour se doter d’un missile capable de transporter une tête nucléaire sur le territoire continental des Etats-Unis.

Ainsi, les festivités ont commencé samedi soir par un concert donné par trois des principaux ensembles du pays, devant plusieurs milliers d’invités, dans le stade de Pyongyang. Or, ces dernières années, il était systématiquement diffusé un enregistrement vidéo d’un des tirs de missile balistique. Ces mêmes tirs qui ont valu au leader nord-coréen Kim Jong-un, avec les essais nucléaires, de multiples sanctions de la part du Conseil de sécurité de l’Onu.

Néanmoins, depuis le début de l’année, le régime nord-coréen est engagé dans une vaste offensive diplomatique. Après une rencontre en juin entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump à Singapour et un troisième sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in prévu à Pyongyang en septembre, la Corée du Nord a visiblement souhaité envoyer un message moins belliqueux.

Aussi, en lieu et place de missiles, il a été diffusé sur l’écran géant des images du mont sacré Paetku. Mais aussi, une vue aérienne de Pyongyang ou encore des photographies d’usines et champs de blé abondants. Et finalement quelques plans d’équipement militaire conventionnel. Après une salve de 21 coups de canon, des dizaines d’unités d’infanterie ont défilé place Kim Il Sung. Et ce, sous le regard de Kim Jong Un, petit-fils du fondateur de la Corée du Nord et troisième de la dynastie régnante.

Gérard Depardieu parmi les invités

Des invitations avaient été envoyées à travers la planète. Or, seul le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avait répondu présent. Un autre invité inattendu faisait partie des invités. En effet, Gérard Depardieu, qui réside en Russie, s’est rendu en Corée du Nord. La-bas, il a assisté au défilé militaire pour les 70 ans du régime.

Publié le lundi 10 septembre 2018 à 10:18, modifications lundi 10 septembre 2018 à 10:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !