Monde

Brésil : les “thérapies de réorientation sexuelle” pour les homosexuels provoquent un tollé

Le juge brésilien Waldemar de Carvalhov vient d’autoriser les psychologues à proposer des “thérapies de conversion” aux personnes homosexuelles. Les associations pro LGBT et l’OMS vont faire appel de cette décision la considérant moyenâgeuse.

Pour les défenseurs des droits LGBT c’est un véritable pas en arrière. La justice fédérale brésilienne a autorisé les psychologues à proposer des “thérapies de conversion” aux personnes homosexuelles. En plus d’avoir engendré une grande polémique, le Brésil montre avec cette décision qu’il prend un virage très conservateur.

Un retour au Moyen-Âge selon l’OMS

Le juge Waldemar de Carvalho qui a pris cette décision, prend tout de même des précautions dans la tournure de son initiative. Selon lui, on ne peut pas empêcher les psychologues de proposer ces thérapies aux homosexuels qui le désirent.

Pourtant interdites en 1999 pour leur effet désastreux sur la santé psychique des patients, la décision du juge répond selon lui à une demande de certains psychologues qui souhaitent appliquer ces thérapies. Alors que le conseil national de psychologie et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a retiré l’homosexualité de la liste des maladies en 1990, la décision de Waldemar de Carvalho va à l’encontre du conseil. Par conséquent, l’OMS va faire appel de cette décision, considérant qu’elle viole les Droits de l’homme et ramène le Brésil au Moyen-Âge. Selon lui, ce sont très souvent des parents qui poussent leurs enfants homosexuels vers ces thérapies, et non les patients eux-mêmes.

Les défenseurs des droits homosexuels expriment leur mécontentement

La décision de la justice fédérale a provoqué une forte polémique. Les défenseurs des droits LGBT ont organisé des manifestations dans les grandes villes du pays le 23 septembre. Elles ont pour but de lutter contre l’initiative des conservateurs et l’homophobie.

Pour dénoncer cette autorisation, le hastag #Curagay sur Twitter est largement utilisé depuis la décision du juge Waldemar de Carvalho.

“#Curagay Au Brésil les choses sont ainsi : 

Violer : Normal

Voler : Normal

Tuer : Normal

Homosexualité : Ridicule, faux, doit s’éteindre”

“Bienvenue au Brésil 

Les règles : abuse des femmes dans le bus, pas de démonstration amoureuse en public, vol, tue, et ne soit pas gay parce que c’est une maladie #curagay”

Sur Instagram, Ivete Sangolo, l’une des plus célèbres chanteuses brésiliennes a écrit : “Les malades sont ceux qui croient en cette grande absurdité”.

Publié le mercredi 20 septembre 2017 à 13:44, modifications mercredi 20 septembre 2017 à 11:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !