Monde

Allemagne : polémique autour d’un jour férié musulman évoqué par Thomas de Maizière

Les Allemands auront-ils un nouveau jour férié à l’avenir ? Le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a provoqué de vives réactions dans l’opinion publique et au sein de son parti. Lors d’un meeting ce samedi, il aurait évoqué la pertinence d’un jour férié musulman dans le pays.

L’idée d’un jour férié musulman, évoquée ce week-end par Thomas de Maizière, a été vivement critiquée par le parti CSU, allié aux conservateurs de la chancelière Angela Merkel. Selon des informations de Courrier International, le débat s’est rapidement envenimé. Des thématiques identitaires ont refait surface. Alexander Dobrindt, un membre important de la CSU, a été catégorique sur ce sujet, lors d’un entretien avec la rédaction de Bild.

Notre héritage chrétien n’est pas négociable. Introduire un jour férié de l’islam en Allemagne, pas question.

L’évocation d’un jour férié provoque une crise politique en Allemagne

Thomas de Maizière est à l’origine de cette proposition. Lors d’un meeting de campagne en Basse-Saxe, où se tenaient dimanche des élections régionales très serrées entre les conservateurs et le parti social-démocrate (SPD), il avait alors indiqué que :

là où vivent beaucoup de Musulmans, pourquoi ne pas réfléchir également à un jour férié musulman.

Le candidat local de la CDU a immédiatement tenu à réagir. Il a ainsi fait savoir qu’il ne partageait pas du tout l’avis du ministre.

Le rétropédalage du ministère de l’Intérieur allemand

Une porte-parole du ministère de l’Intérieur a tenu à clarifier les propos du ministre dans une nouvelle déclaration à l’AFP. Thomas de Maizière souhaitait en réalité souligner que « nos jours fériés sont marqués par la religion chrétienne et que cela doit à son avis rester ainsi, [tout en se déclarant] prêt à discuter de jours fériés musulmans dans certaines régions ».

Martin Schulz, le président du parti social-démocrate a tenu à réagir suite à cette polémique auprès de l’agence allemande DPA. Selon lui, « il faut réfléchir à la proposition ». Martin Schulz était même visiblement étonné que cette proposition émane du ministre de l’Intérieur, connu pour avoir « de ce point de vue peu d’imagination ».

Un climat tendu en Allemagne sur les questions identitaires

Selon des informations de Courrier International, Thomas de Maizière avait auparavant notamment prôné le respect par les immigrés d’une « culture de référence » (« Leitkultur »). Ce terme est principalement employé par les extrémistes de droite.

Les conservateurs allemands sont donc vent debout contre la proposition d’un des leurs, proche d’Angela Merkel. L’Allemagne a connu un récent séisme politique lors des élections législatives du 24 septembre dernier. Le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a fait une percée importante. L’Afd a mené une campagne anti-islam et anti-Merkel.

Publié le mardi 17 octobre 2017 à 17:21, modifications mardi 17 octobre 2017 à 17:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !