Monde

Afghanistan : ces femmes qui se suicident pour échapper aux mariages forcés

En Afghanistan, un communiqué du ministère de la Santé révèle des chiffres glaçants. Depuis quatre ans, le suicide des jeunes femmes de 15 à 29 ans n’a de cesse d’augmenter. Retour sur une évolution terrifiante …

Le ministère de la santé afghan vient de publier les résultats d’une étude glaçante sur les chiffres du suicide. Depuis quatre ans, le nombre de suicides et de tentatives ne fait qu’augmenter. Le rapport du ministère précise que plus de 10 000 personnes se seraient ôtées la vie sur cette période. Soit une moyenne de 2500 par an. Selon ce même rapport, la moyenne annuelle aurait plus que doublée en quatre ans. En effet, en 2012 seulement 1205 suicides avaient eu lieu en Afghanistan.

Un chiffre glaçant, mais qui n’est pas le seul facteur alarmant de l’étude. Le ministère de la Santé précise également que la plupart de ces personnes sont des femmes, âgées de 15 à 29 ans. Pour expliquer cela, le gouvernement avance l’état de sécurité précaire du pays. Dans un pays régulièrement en guerre depuis plus de 40 ans, les pressions sociales et économiques pourraient expliquer ce taux élevé.

Les mariages forcés à la source du problème ?

Cependant, nombreuses sont les organisations qui dénoncent un autre problème majeur : celui des mariages forcés. En effet, l’explication est plausible si l’on prend en compte le taux alarmant de ceux-ci en Afghanistan. L’Unicef a estimé qu’environ 40% des jeunes filles de moins de 18 ans étaient victimes de mariages forcés. Le rapport du gouvernement indique que sur 500 suicides enregistrés dans l’ouest du pays, 80% étaient des femmes. Toutes avaient choisi de se donner la mort en s’empoisonnant.

Dans la province de Ghor, au centre, la vente de raticide a été interdite suite au suicide d’une jeune fille. Fatima, âgée de 16 ans et fiancée à trois ans, a choisi de mourir en consommant de la mort-aux-rats. Le porte-parole du gouvernement a expliqué à l’AFP que Fatima avait été abandonnée par son fiancé. Elle a été la cinquième fille de la région à s’empoisonner de la sorte, mais la première à en mourir. L’été dernier, dans la même province, une jeune fille de 16 ans s’était immolée. Enceinte, elle était mariée depuis deux ans.

Publié le vendredi 27 janvier 2017 à 14:38, modifications vendredi 27 janvier 2017 à 14:07

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !