Actualité

Marine Le Pen interdite de séjour en Ukraine

Ses propos sur la Crimée passent mal

Son récent soutien à l’annexion de la Crimée par la Russie va valoir à Marine Le Pen une interdiction de séjour en Ukraine.

Selon une information BFMTV, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a fait savoir mercredi 4 janvier dans un communiqué que Marine Le Pen était désormais indésirable sur le territoire.

En effet, le gouvernement d’Ukraine a peu apprécié les récents propos de la présidente du Front national. Cette dernière avait jugé, mardi 3 janvier sur les antennes de RMC et BFMTV que l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014 n’était « pas illégale ».

Je ne crois absolument pas qu’il y a eu une annexion illégale. Il y a eu un référendum, les habitants de Crimée souhaitaient rejoindre la Russie. Je ne vois pas ce qui justifie de remettre en cause ce référendum.

Un référendum remis en question

Pour rappel, ce référendum a été organisé en mars 2014 après une intervention militaire russe. Cette annexion est toujours considérée comme illégal par Kiev et les Occidentaux, notamment les Nations Unies. En effet, aucun observateur international n’avait pu être déployé sur place pour s’assurer de la bonne marche du vote. De plus, le scrutin s’était déroulé alors même que les troupes russes occupaient le terrain.

Par ailleurs, des soupçons de fraude avaient émaillé la consultation, en raison d’un taux de participation très élevé.

A l’issue du référendum de rattachement à la Fédération de Russie, l’Union européenne et les États-Unis avaient lancé une vague de sanctions économiques contre Moscou. Des sanctions toujours d’actualité.

Suite aux propos de Marine Le Pen, la réaction ukrainienne a donc été immédiate.

Dans un communiqué, Pavlo Klimkine, le ministre des Affaires étrangères a ainsi déclaré :

En tenant des propos qui relayent la propagande du Kremlin, la responsable politique française a manqué de respect à la souveraineté. Et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Elle a totalement ignoré les principes fondamentaux du droit international.

Il a également menacé :

À ce propos, nous rappelons que les déclarations et les actes de ce type auront nécessairement des conséquences […].

Par conséquent, mercredi 4 janvier, le Service de sécurité ukrainien (SBU) a demandé au ministère des Affaires étrangères d’interdire l’entrée en Ukraine de Marine Le Pen.

«  Elle ne voulait pas y aller de toute façon »

Les déclarations de Marine Le Pen sont donc venus témoigner d’une volonté de rapprochement du Front national vis-à-vis de Vladimir Poutine. Elles font également écho à l’idée selon laquelle certaines banques russes seraient susceptibles d’accorder au parti d’extrême droite un nouveau prêt de plusieurs millions d’euros.

Une manne financière non négligeable pour financer les campagnes présidentielle et législatives à venir.

Ainsi, après cette interdiction d’entrée sur le territoire ukrainien, l’équipe de la présidente du Front national Marine Le Pen a réagi aux menaces de Kiev :

Marine Le Pen n’avait pas l’intention d’y aller (en Ukraine), de toute façon. Cette question sera résolue par voie diplomatique lorsqu’elle deviendra présidente de la République

Pouvait-on lire sur le mail à l’agence Reuters d’un porte-parole de la candidate.

Publié le jeudi 5 janvier 2017 à 11:31, modifications jeudi 5 janvier 2017 à 11:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !