Actualité

Attentats de Paris : Le leader du groupe Eagles Of Death Metal affirme avoir vu “des musulmans célébrer les attaques”

Jesse Hughes persiste et signe ! Le chanteur du groupe Eagles Of Death Metal en concert au Bataclan lors des attentats du 13 novembre dernier avait déjà porté de lourdes accusations contre les agents de sécurité de la salle de spectacle en mars dernier. Dans une nouvelle interview, l’artiste en remet une couche…

Au début du mois de mars, Jesse Hughues l’affirmait au micro de Fox Business : certains agents de sécurité du Bataclan n’étaient pas présents comme ils devaient l’être ce soir là dans la salle parisienne. En effet, il confiait :

J’ai découvert qu’environ six d’entre eux, et peut être plus, ne se sont jamais pointés. Ils avaient clairement une bonne raison de ne pas venir.

Une phrase pleine de sous-entendus infondés.

Suite à cette accusation à peine masquée et aux réactions indignées y faisant face, Jesse Hughes s’était bien vite excusé. Mais son mea-culpa est déjà tombé dans les oubliettes. En effet, l’artiste a remis ça samedi 14 mai lors d’ une interview accordée au Taki’s Magazine. Il revient sur ses premières révélations et annonce :

J’ai eu beaucoup de problèmes après avoir dit que des membres du staff étaient complices. Mais je suis certain qu’ils étaient là très tôt.

Selon lui, les terroristes étaient présents dès le début du concert. Il ajoute, en basculant dans des propos racistes :

Je me souviens d’eux en train de fixer mon pote. J’ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des Arabes à notre égard. Tu vois ce que je veux dire ? Quand un musulman voit un Américain un peu baraqué et avec des tatouages, il le fixe

Il va plus loin et jure avoir vu l’un des frères Abdeslam dans la salle du Bataclan :

J’ai compris plus tard qu’il s’agissait d’Abdeslam qui regardait mon ami, pensant certainement qu’il s’agissait d’une menace. Il n’y a aucun doute que les terroristes étaient déjà à l’intérieur, d’une manière ou d’une autre.

Pire, il jure :

J’ai vu des musulmans célébrer les attaques dans la rue pendant qu’elles se déroulaient. Je l’ai vu de mes propres yeux. En temps réel !

L’enquête démontre qu’aucun des deux frères Abdeslam n’était présent aux abords de la salle parisienne le soir du 13 novembre 2015.

Publié le jeudi 19 mai 2016 à 13:03, modifications jeudi 19 mai 2016 à 13:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !