Justice

Deux-Sèvres : pas de cour d’assises pour la mère infanticide ?

La décision sera rendue le 19 juin. Elle pourrait être déclarée irresponsable de ses actes.

Déclarée irresponsable ?

Une mère qui avait tué un de ses enfants et essayé de tuer l’autre pourrait finalement être déclarée irresponsable de ses actes. La décision sera prise le 19 juin prochain lors d’une audience à la  la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Poitiers.

Le drame remonte à la fin d’année 2016. Le 10 novembre exactement. Il est alors 21h30 quand les pompiers arrivent sur ce qu’ils pensent être un simple accident en Vendée. Une Renault Safrane s’est encastrée dans un poteau. Mais, à bord du véhicule, une surprise les attend. Il s’agit de l’ex femme d’un de leurs collègues. Âgé d’une quarantaine d’années, elle est couverte de sang quand ils la retrouvent. 

Mais, à leur grande surprise, ils réalisent qu’elle n’est pas blessée. Surtout, elle répète en boucle des phrases étranges et inquiétantes “mes enfants ont rejoint Dieu. Mes enfants sont avec Dieu“. Les pompiers horrifiés réalisent que les enfants, ses deux fils, ne sont pas à bord du véhicule. Ils préviennent immédiatement leur collègue qui se rue à la maison de son ex-femme. Sur place, à Bressuire dans les Deux-Sèvres, il parcourt la maison dans tous les sens avec peur. Finalement, il découvre une scène d’horreur dans la salle de bain : ses deux fils baignant dans leur sang.

27 coups de poignard sur le plus jeune

L’aîné, âgé de 8 ans est mort. Son corps porte 11 coups de couteau. Trois ont touché des organes vitaux. Le second en revanche, âgé de 5 ans, respire encore. Pourtant, 27 coups de poignards lui ont été infligé. Son père lui prodigue les premiers secours et il survit miraculeusement grâce aux médecins du SMUR.

La mère avait été internée en hôpital psychiatrique après les faits. Jusque-là aucune explication n’a été fournie à son geste. Ni par les médecins, ni par les forces de l’ordre. Elle ne semblait pas déprimée et avait des relations cordiales avec son ex-mari précisent nos collègues du Nouveau Détective. C’est pour cette raison qu’elle pourrait désormais éviter la cour d’assises. En effet, les psychiatres mentionnent une “affection mentale” avec un “délire de persécution. Réponse le 19 juin prochain pour savoir si elle sera déclarée irresponsable de ses actes.

 

 

 

Publié le dimanche 13 mai 2018 à 12:43, modifications dimanche 13 mai 2018 à 9:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !