Faits divers

Vendée : 106 chevaux sur le point de mourir de faim ont été secourus par des associations

C’est une scène d’horreur que plusieurs associations de protection animale ont découvert ce lundi 22 janvier. Accompagnées des forces de l’ordre, ces dernières sont intervenues pour sauver 106 chevaux qui étaient laissés à l’abandon et étaient sur le point de mourir de faim et de soif.

Les chevaux vivaient dans des conditions déplorables. Ils pataugeaient dans leurs excréments. Plusieurs chevaux étaient déjà morts et les cadavres gisaient sur le sol. Les autres animaux encore vivants étaient squelettiques. Laissés à l’abandon par leurs propriétaires, les animaux étaient dans un état de santé catastrophique.

Des conditions de vie terribles

Ce sont les voisins de cet élevage situé dans les alentours de la ville de Challans qui ont alerté les autorités. Le couple de propriétaires élevait ces chevaux, et vient d’être placé en garde-à-vue. Il faut savoir qu’ils avaient déjà fait l’objet de procès-verbaux en 2012 et en 2014. Malheureusement, la situation n’a jamais changé, et a même empiré.

Ce sont sept associations qui ont fait le déplacement pour gérer l’urgence de la situation. La Fondation 30millions d’amis, la SPA, SOS Cheval, Urgence Maltraitance Animale, la Fondation Brigitte Bardot, Les Crins de la liberté et la Ferme d’animaux sont intervenus pour tenter de sauver les animaux. C’était déjà trop tard pour certaines qui étaient morts de faim et de soif au moment du sauvetage. Ceux qui s’en sortent le mieux sont les chevaux qui avaient « la chance » d’avoir accès à l’extérieur. Tout simplement parce que de bonnes âmes venaient les nourrir.

Une situation urgente

La situation était donc la même depuis de nombreuses années. On se demande pourquoi les autorités ont mis tellement de temps à intervenir. Car il faut savoir que les associations ne peuvent intervenir que sur demande des services de l’État, autorisant la prise en charge des animaux.

Les chevaux ont été transférés dans des pensions animalières. Ils vont être doucement réalimentés, et soignés. Les propriétaires vont être jugés. Néanmoins, il est possible que le juge décide de restituer les animaux. A suivre…

Publié le mercredi 24 janvier 2018 à 14:12, modifications mercredi 24 janvier 2018 à 12:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !