Faits divers

Japon : La fausse histoire d’un homme écrassé par six tonnes de magazines porno

mort japon magazine porno

Non, un homme n’est pas mort écrasé par ses magazines porno au Japon. Cette info est en réalité la déformation d’un fait divers assez banal.

Une histoire banale

Plusieurs sites d’informations ont divulgué, la semaine dernière,  l’histoire insolite d’un homme de 50 ans retrouvé mort chez lui, au Japon, enterré sous six tonnes de magazines porno.

Or, il n’en est rien. En effet, contrairement aux affirmations du Daily Mail, la mort du quinquagénaire, révélée fin février, n’a rien d’insolite. Derrière la découverte du cadavre, se cache une histoire banale.

Un article déformé par le Daily Mail

Cet article, toujours en ligne et copieusement relayé,  reposait sur les informations du quotidien japonais Nikkan Spa. Cependant, il s’est avéré que la traduction était approximative, a constaté le site Mashable.

En réalité ce Japonais, prénommé Hijo, a succombé à une crise cardiaque chez lui dans la préfecture de Kanagawa. Cela ne faisait qu’un mois qu’il était mort, écrit le Nikkan Spa, et non pas six mois comme l’a affirmé plusieurs médias. Il possédait bien une collection de magazines porno. Cependant, celle-ci  a dû se renverser lorsque le quinquagénaire est tombé raide mort.

Kodokushi : une mort inaperçue

L’auteur de l’article a souligné que beaucoup de Japonais meurent dans la solitude et l’indifférence au Japon. Il existe même un mot pour désigner ce phénomène : «kodokushi». Ainsi, de nombreuses entreprises se sont spécialisées dans le nettoyage de ces appartements, rapporte Slate. Il s’agit d’offrir la sépulture la plus digne possible. Les corps sont souvent retrouvés quelques mois plus tard dans un état de décomposition avancé.

Voilà sûrement pourquoi Wikipédia a banni le Daily Mail comme source d’information !

Publié le mercredi 8 mars 2017 à 12:17, modifications mercredi 8 mars 2017 à 12:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !