Faits divers

Disparition d’Alexia Daval : Le corps brûlé retrouvé est bien celui de la joggeuse

Samedi 28 octobre, Alexia Daval a disparu en Haute-Saône après avoir quitté sa maison pour un jogging. Le corps calciné retrouvé dans un bois ce lundi est bien celui de la joggeuse.

STORY - Episode 11/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Daval

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Samedi 28 octobre, Alexia Daval décide d’aller faire un jogging aux alentours de 9 heures. Alors quelle court habituellement 40 min, vers 12 heures, son époux s’est inquiété de ne pas la voir revenir. Il contacte alors les gendarmes. Dès le jour même, les autorités compétentes lancent un appel à témoin pour retrouver la jeune joggeuse.

Le corps brûlé identifié

Mardi 31 octobre, un corps brûlé est retrouvé dans un bois près de Gray, en Haute-Saône. Ce mercredi matin, le procureur de la République de Vesoul l’a confirmé : le corps calciné est bien celui d’Alexia Daval, 29 ans.

Les constatations réalisées sur le corps, dans la scène de crime, par les techniciens en identification criminelle ont été adressées dès hier à un laboratoire de police technique et scientifique. Leur exploitation ADN confirme que le cadavre découvert est bien celui d’Alexia Daval, la joggeuse disparue à Gray

A précisé Emmanuel Dupic, qui ajoute que “l’autopsie se déroulera jeudi à l’institut médico légal de Besançon” et qu’“aucune communication ne sera faite sur ses résultats” afin de préserver le travail des enquêteurs.

Ainsi, l’autopsie devrait permettre de savoir comment est morte la jeune femme. Le Magistrat affirme que le corps a été “volontairement brûlé par l’auteur des faits” et transporté jusqu’au bois de Velet, où il a été découvert lundi. Il a également annoncé l’ouverture d’une instruction pour assassinat.

Pour le moment, aucun suspect n’avait été identifié mardi soir. Le mari d’Alexia Daval, un informaticien de 33 ans, sera entendu comme témoin par les gendarmes. De plus, il a décidé de se constituer partie civile afin de pouvoir “avoir un accès au dossier et continuer à pouvoir être informé en collaboration avec le parquet”, a précisé Christophe Ballorin, l’un de ses deux avocats.

Gray-la-Ville (Haute-Saône) sous le choc

Un proche de la jeune femme la décrit comme “rayonnante”. “Elle avait tout, elle était heureuse… heureuse”, poursuit-il à nos confrères du Parisien.

Gray-la-Ville (Haute-Saône), mardi. Alexia (à droite), mariée depuis 2015, s’était récemment installée dans le pavillon qui appartenait à ses grands-parents (Photo Le Parisien)

Depuis hier (NDLR : lundi), j’ai en tête cette image d’elle, gamine, qui venait avec sa sœur voir ses grands-parents après l’école. C’est terrible pour les parents, qui sont particulièrement appréciés ici, ce sont des gens travailleurs et serviables

Ajoute un voisin.

Une cellule psychologique y a été installée mardi pour accompagner les proches de la jeune femme.

L’enquête, qui suit son cours, doit pour sa part déterminer où et par qui elle a été tuée.

Publié le mercredi 1 novembre 2017 à 10:10, modifications lundi 5 février 2018 à 15:57

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire