(FILES) This file photo taken on November 8, 2016 shows French police officers demonstrating in Marseille, southern France, one month after four officers were injured when a group of youths swarmed their cars on October 8 in Viry-Chatillon and lobbed Molotov cocktails at them. Three union of French police are calling for a demonstration on September 16, 2017. / AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Découverte de deux fillettes mortes dans une caserne de gendarmerie près de Lyon

Deux fillettes ont été retrouvées mortes dans leur lit dimanche soir dans un appartement de fonction de la brigade de gendarmerie de Limonest, près de Lyon, a-t-on appris lundi auprès de la gendarmerie.

Les deux petites filles, nées en 2012 et 2014, étaient parties se reposer dans leur chambre et c’est leur mère qui a fait la macabre découverte vers 18h00, a indiqué à l’AFP la gendarmerie, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

Un empoisonnement ?

Les pompiers, alertés aussitôt, ont tenté en vain de réanimer les enfants.

La mère, en état de choc, était toujours hospitalisée lundi matin.

Des sources de presse évoquent l’éventualité d’un empoisonnement des deux sœurs par leur mère, en cours de séparation avec son mari gendarme. “C’est une des hypothèses de travail”, a indiqué une source proche de l’enquête. Deux autres personnes se trouvaient dans l’appartement de fonction au moment des faits.

Le père des enfants, un sous-officier de la brigade de gendarmerie de Limonest, était dimanche en déplacement pour une épreuve sportive, précise-t-on de même source. Il est entendu depuis dimanche soir par les enquêteurs ainsi que d’autres témoins.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Lyon.

Les autopsies, programmées lundi, devraient apporter des éléments pour déterminer les circonstances exactes du décès.

Modifié : 11 juin 2018 12 h 19 min

Ce site utilise des cookies.