Actualité

Les Etats-Unis ouvrent à nouveau leurs frontières au bœuf français

Fermées depuis 1998

20 ans après la crise de la vache folle, les Etats-Unis ont ré-autorisé l’importation de boeuf français.

Le bœuf français va faire son retour sur les étals des magasins américains.

En effet, un embargo avait été mis en place en 1998 aux Etats-Unis après la crise de la vache folle qui avait frappé l’Europe. Le marché américaine avait été fermé pour la viande bovine, ovine et caprine en provenance de l’Union européenne.

En janvier 2015, le département Américain de l’Agriculture avait déjà annoncé la réouverture progressive de son marché à la viande bovine en provenance de l’Union européenne. L’embargo américain avait ainsi été levé uniquement pour l’Irlande, la Lituanie et les Pays-Bas.

Or, le ministère de l’Agriculture a reçu jeudi 12 janvier un courrier des autorités américaines.

Dans ce courrier rendu public par Le Monde dans son édition du 13 janvier, les États-Unis reconnaissent une équivalence entre les systèmes de contrôle de production français et américains. Cela ouvre, de facto, la porte à des importations de viandes bovines produites en France.

Des règles sanitaires strictes

En clair, cela signifie que les autorités françaises peuvent désormais elle-même agréer les établissements (abattoirs, ateliers de découpe ou de transformation de la viande) qui veulent importer de la viande de bœuf aux États-Unis.

Ces établissements devront toutefois répondre à des critères sanitaires bien précis concernant la lutte contre l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, dite maladie de la vache folle), mais aussi différentes souches d’E.Coli.

La Commission européenne a salué «une excellente nouvelle pour les producteurs français».

En outre, du côté des autorités françaises, on salue cette annonce avec prudence.

C’est un premier pas dont on se félicite, mais cela ne veut pas dire que les exportations vont commencer demain.

A indiqué un porte-parole du ministère français de l’Agriculture.

Le premier agrément sera pour un établissement qui enverra de la viande de veau aux Etats-Unis.

A expliqué à l’AFP Stéphanie Flauto, la sous-directrice à la Direction générale de l’alimentation (DGAL).

De nouveaux débouchés ?

Aujourd’hui, les éleveurs attendent de nouveaux débouchés pour leur production :

On espère que d’autres pays vont suivre les Etats-Unis.

A déclaré sur Franceinfo un agriculteur d’Ille-et-Vilaine. Dans le Limousin, un éleveur a expliqué craindre des contreparties imposées par les États-Unis, notamment la viande aux hormones.

Quant aux professionnels du secteur, le président de la Fédération nationale bovine (FNB), Jean-Pierre Fleury, veut voir dans l’annonce américaine «une bonne nouvelle pour les éleveurs français».

Mais il ne s’attend à aucun appel d’air pour la viande bovine française en crise, avant au moins la fin 2017.

Publié le lundi 16 janvier 2017 à 10:18, modifications lundi 16 janvier 2017 à 9:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !