Actualité

#AttentatsDeParis : Les rescapés ont impressionné les psychologues à l’Olympia

Lors du concert des Eagles of Death Metal qui a eu lieu le 16 février de nombreux psychologues étaient dans la salle de spectacle pour aider les rescapés à surmonter leur traumatisme.

Mardi 16 février, le groupe Eagles of Death Metal a décidé de finir à l’Olympia, le concert qu’il a donné au Bataclan le 13 novembre dernier et qui s’est fini dans un bain de sang. Ainsi donc le groupe de rock américain est revenu en France et a convié tous les rescapés de l’attentat du Bataclan à venir chanter en choeur pour exorciser leur peine.

A l’Olympia, le mardi 16 février, de nombreuses associations psychologiques étaient là pour prévenir les mouvements de panique, les crises d’angoisse ou encore les malaises. Deux associations ont coordonné leurs efforts sur place. Ainsi Fraternité et vérité, et  Life For Paris ont participé à la mise en place du dispositif de soutien psychologique à l’Olympia. De fait,  25 psychologues et psychiatres étaient sur les lieux. Ils étaient dispatchers sur 4 points d’écoute de chaque côté de la salle, signalés par des flyers distribués à l’entrée. Les spectateurs pouvaient venir spontanément pour parler à ces personnes si jamais ils se sentaient mal ou tout simplement s’ils avaient besoin de soutien.

Tous ont été très impressionnés du courage des rescapés, pour certains venus en béquilles. Selon nos confrères de Paris Match, les psychologues présents dans la salle de concert ont été abasourdis par la réaction des rescapés.

Le concert était prévu, on ne pouvait pas les laisser seuls. Notre devoir est de nous adapter aux victimes. Ce n’est pas parce qu’on trouve leur idée folle qu’on va les laisser seules!,

confie Sabrina Bellucci, directrice générale de l’Inavem.

Ce concert est une énergie folle, un défi sur soi.  Ils vont sortir de cet événement. Mais pour nous, ça ne finit pas là. Nous serons là après. C’est ce que disent toutes les victimes d’actes terroristes : c’est sur le très, très long terme.

En effet, les personnes présentes au Bataclan ce mardi 16 février ont le droit à un suivi psychologique poussé. Des personnes sont disponibles 24 heures sur 24 pour leur parler, les rassurer ou répondre à toutes autres demandes.

Samuel, un rescapé du Bataclan était présent ce soir-là avec sa femme. Il raconte :

 Il fallait le faire. Une étape est franchie pour ce qui me concerne. Ce concert était une longue plage, à la fois mélancolique et optimiste. Le groupe a été à la hauteur de mes espoirs. La reconstruction est en marche. Le début du concert a été super dur.

Camille, une autre victime, pensait ne pas pouvoir franchir les portes de l’Olympia et finalement, elle est restée jusqu’au bout.

Réentendre « I Only Want You… J’ai pris une grosse claque ! Après, ça n’a été que du bonheur.

 

 

Publié le vendredi 19 février 2016 à 11:21, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !