Actualité

Attentats en Nouvelle-Zélande : Le principal suspect jugé comme “rationnel”

Inculpé pour meurtre par le tribunal de district de Christchurch, Brenton Tarrant a été jugé “comme quelqu’un de rationnel et qui ne souffre pas d’un handicap mental”. L’homme est suspecté d’avoir réalisé l’attaque de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui a fait 50 morts.

Ce vendredi 15 mars, deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande ont été attaquées. Un homme a ouvert le feu faisant 50 victimes. Le suspect, qui a filmé et diffusé en direct son attaque sur les réseaux sociaux, se nomme Brenton Tarrant et  se présente comme “fasciste” et “ethnonationaliste”. Selon nos confrères de l’AFP, il compte se défendre seul devant la justice.

Il veut assurer sa défense seul dans cette enquête

Ce samedi 16 mars, Brenton Tarrant a été inculpé pour meurtre par le tribunal de district de Christchurch. Lors de sa brève comparution, l’inculpé a fait de la main le signe de reconnaissance des suprémacistes blancs.

Celui qui évoluait dans des sphères ouvertement racistes, a indiqué “qu’il ne veut pas d’avocat” rapporte Richard Peters, avocat qui lui avait été commis d’office lors de l’audience préliminaire.

Il veut assurer sa défense seul dans cette enquête

a-t-il ajouté.

Brenton Tarrant

Selon, Richard Peters, la responsabilité pénale ne se posait pas dans le cas de Brenton Tarrant. En effet, “il est apparu comme quelqu’un de rationnel et qui ne souffre pas d’un handicap mental. C’est comme cela qu’il est apparu. Il semblait comprendre ce qui se passait” a-t-il expliqué.

Lors de son attaque, Brenton Tarrant exécutait méthodiquement les fidèles rassemblés dans la mosquée al-Nour.

Ce type a commencé à tirer au hasard, à gauche et à droite, de façon automatique. Il a vidé son premier chargeur puis il l’a changé pour recommencer de façon automatique. Puis il a fini le deuxième chargeur et en a mis un troisième, recommençant à tirer comme un automate dans l’autre pièce aussi.

Explique un rescapé.

L’attaque de vendredi a fait 50 victimes. La première ministre Jacinda Ardern a qualifié la journée comme étant « l’une des plus sombres de l’histoire » du pays.

 

Publié le lundi 18 mars 2019 à 13:24, modifications lundi 18 mars 2019 à 13:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct