Actualité

Attentat déjoué à Anvers : Après Londres, Nice et Berlin, un Français arrêté après avoir essayé de foncer dans la foule en Belgique

Quelques heures à peine après les incidents de nature terroriste à Londres, un forcené de nationalité tunisienne (disposant d’une carte de résident français), aurait été arrêté ce jeudi à Anvers. La piste d’un attentat à la voiture bélier en imitant les assaillants des attaques terroristes de Londres, Nice ou Berlin a été évoquée pendant un temps. L’enquête s’oriente dorénavant vers un possible geste fou afin d’échapper à un contrôle routier par les forces de l’ordre.

D’après des informations de l’AFP, de BFM TV et de la rédaction du Parisien, une attaque terroriste aurait été déjouée en plein cœur de la Belgique en cette journée de jeudi. Moins de 24 heures après l’attaque à caractère terroriste qui visait le symbole politique de Londres et alors que la Belgique tentait de panser ses plaies en rendant un vibrant hommage aux victimes des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, un suspect aurait été interpellé à Anvers.

Un attentat déjoué à Anvers

L’individu arrêté sur un parking, d’après des informations de BFM TV, serait un ressortissant tunisien, disposant d’une carte de résident français. L’homme aurait essayé de foncer dans la foule avec son véhicule sur la plus grande artère commerçante de la ville d’Anvers, la rue du Meir. Sa voiture était immatriculée en France. Miraculeusement, aucun passant n’a été blessé et touché par la voiture folle à Anvers.

Le suspect d’Anvers, un temps suspecté d’être de nationalité française, serait en réalité tunisien

Un homme a donc bel et bien été arrêté à bord d’un véhicule alors qu’il tentait de foncer dans la foule à Anvers en fin de matinée. Le parquet fédéral vient de dévoiler ces éléments à la presse. Peu d’informations ont encore filtré sur le passé du suspect. D’après des informations de BFM TV, il était inconnu des services de police. L’homme aurait même été fortement alcoolisé au moment des faits. Il aurait été placé en cellule de dégrisement. Les motivations de ce geste fou restent donc encore floues. En fin de journée du jeudi 23 mars, la rédaction de BFM TV aurait finalement précisé que l’homme serait en réalité de nationalité tunisienne avec une carte de résident français. 

Le rappel des faits par le parquet fédéral belge

Un communiqué a été publié par le parquet :

Ce matin, vers 10h45, une voiture immatriculée en France a été remarquée dans le centre d’Anvers, aux alentours du Meir, en roulant à une vitesse très élevée. A différents moments, des piétons ont été mis en danger. Lorsque des militaires ont tenté d’intercepter le véhicule, ce dernier a pris la fuite. Un peu plus tard, la police d’Anvers a pu intercepter le véhicule et interpeller le conducteur. Il s’agit de Mohamed R., né le 8 mai 1977, de nationalité française et domicilié en France.

Des armes blanches et un fusil ont été découverts dans le véhicule. Les services de déminage sont intervenus afin d’inspecter et de sécuriser la zone de l’incident et la voiture du suspect.

L’enquête se poursuit afin de savoir si l’homme correspond au profil du loup solitaire ayant agi seul en tentant d’imiter l’auteur de l’attaque de Londres ou s’il a pu bénéficier d’éventuelles complicités en France ou en Belgique. Les investigations devraient donc permettre de faire toute la lumière sur les raisons réelles du conducteur qui a mis la vie de citoyens belges en danger dans les rues d’Anvers. Simple geste fou d’un conducteur ivre voulant échapper à un contrôle de police ou véritable attentat terroriste déjoué ? L’enquête devrait apporter de nombreuses réponses sur le drame évité de justesse en ce jeudi 23 mars.

Publié le jeudi 23 mars 2017 à 16:46, modifications jeudi 23 mars 2017 à 18:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !