Actualité

Alerte aux inondations meurtrières dans le sud-est des Etats-Unis

Le sud-est des Etats-Unis restait dimanche sous la menace d’inondations de grande ampleur après le passage de l’ouragan Florence, qui a fait plus d’une dizaine de morts sur la côte atlantique.

Selon les médias américains, le bilan provisoire s’élève à 13 morts: 10 décès en Caroline du Nord et trois autres en Caroline du Sud.

La tempête Florence a été rétrogradée en dépression tropicale dimanche mais les rafales de vent et les pluies diluviennes tombées depuis vendredi sur les deux Etats du sud-est restent un danger pour les habitants.

La pluie continuait de tomber dimanche matin dans le comté de Pitt, en Caroline du Nord. Des inondations localisées affectaient toujours la zone, qui offrait les mêmes scènes depuis vendredi: un ciel sombre et bas et des terres agricoles détrempées.

Les services de secours de la petite localité de Grifton restaient en alerte alors que le chef des pompiers, Justin Johnson, prévoyait pour mercredi le pire de la crue de la rivière Neuse.

“Ceux qui devaient évacuer l’ont fait, on continue à patrouiller dans la zone, mais les gens qui ont subi l’ouragan Matthew (en 2016) savent à quoi s’attendre”, a-t-il expliqué à l’AFP.

“Nous en avons encore pour plusieurs jours”, a mis en garde dimanche sur CNN Brock Long, le patron de l’Agence fédérale des services d’urgence (Fema). Selon lui, le centre et l’ouest de la Caroline du Nord ainsi que la Virginie n’en ont pas fini avec les intempéries.

L'ouragan Florence vu de l'espace le 14 septembre 2018, dans une image publiée par la Nasa

(credit photo NASA/AFP) L’ouragan Florence vu de l’espace le 14 septembre 2018, dans une image publiée par la Nasa

“Nous nous attendons à de gros dégâts”, a-t-il lancé, précisant que des barrages risquaient d’être menacés à cause de la montée des eaux.

Après avoir frappé la côte atlantique, Florence s’est enfoncé dans les terres où la pluie a fait grossir les cours d’eau, provoquant des inondations.

Des “milliards de dollars”

“Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les localités isolées, les habitants qui sont bloqués dans leur maison et qui n’ont peut-être pas accès à des médicaments ou aux services d’urgence”, a insisté M. Long.

“Nous n’avons pas encore vu le pire des inondations”, a également prévenu dimanche sur ABC l’amiral Karl Schultz, qui supervise les opérations des gardes-côtes, estimant que la situation “pourrait être encore plus catastrophique” en début de semaine.

Le gouverneur de Caroline du Nord, Roy Cooper, a imploré samedi les habitants évacués de ne pas tenter de rentrer chez eux en raison des nombreuses routes qui restent inondées. Des ordres d’évacuation ont également été émis par les autorités dans plusieurs comtés de l’Etat, en raison des risques de crues.

Selon le sénateur de Caroline du Nord Thom Tillis, la police a arrêté plusieurs personnes ayant refusé de quitter les zones à risque.

“Nous allons avoir d’autres ordres d’évacuations à mesure que les rivières montent”, a-t-il dit sur Fox News. Vous devez écouter les avertissements et vous éloigner du danger”.

Dans les villes frappées par la tempête, plusieurs cas de pillages ont été signalés et au moins cinq personnes ont été arrêtées par la police de Wilmington, en Caroline du Nord, selon le sénateur.

Des véhicules pris dans les inondations à Lumberton, en Caroline du Nord, le 15 septembre 2018 après le passage de de l'ouragan Florence sur la côte sud-est américaine

(credit photo AFP) Des véhicules pris dans les inondations à Lumberton, en Caroline du Nord, le 15 septembre 2018 après le passage de de l’ouragan Florence sur la côte sud-est américaine

Le secteur agricole de l’Etat va être “durement frappé” par Florence, a affirmé le sénateur Tillis. “Il va falloir estimer les dégâts pour les cultures, a-t-il dit. En termes d’impact économique pour la reconstruction, nous parlons en milliards de dollars”.

Sur la côte de Caroline du Sud, la station balnéaire de Myrtle Beach tentait de reprendre une vie normale. Victor Shamah, le propriétaire du Bowery bar, a décidé d’ouvrir car “les gens veulent manger, boire, et il n’y avait rien”.

“Tout le monde est stressé”, a expliqué à l’AFP Katy Steindl, une cliente. “Il est temps de sortir et de boire un verre”.

Publié le dimanche 16 septembre 2018 à 17:10, modifications dimanche 16 septembre 2018 à 17:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !