Actualité

Affaire Omar Raddad : l’enquête relancée grâce à une trace ADN

Nouveau rebondissement dans l’affaire Omar Raddad. Le procureur de Nice a annoncé jeudi qu’un soupçon de concordance entre la nouvelle trace ADN et une empreinte génétique du fichier national a été constaté lors de la procédure d’enquête judiciaire. Ce revirement spectaculaire, après la longue bataille de Maître Jacques Vergès, pourrait faire basculer définitivement l’affaire dans les mois qui viennent.

Ces nouveaux éléments et ces preuves, des empreintes génétiques, avaient été récemment versés au dossier par l’avocate Maître Sylvie Noachovitch, qui assure la défense d’Omar Raddad. Elle a tenu à réagir après l’annonce d’une possible identification d’une trace ADN sur des scellés de l’affaire de son client, Omar Raddad. L’ancien jardinier ne serait pas l’homme correspondant à ce prélèvement. Cette preuve relance donc totalement l’affaire et pourrait disculper définitivement Omar Raddad.

Le jardinier Marocain avait été condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Ghislaine Marchal en juin 1991. Après sept ans de prison de prison, il avait bénéficié d’une grâce présidentielle partielle de la part de Jacques Chirac. Omar Raddad avait bénéficié d’une libération conditionnelle deux ans plus tard, après un comportement exemplaire en prison.

Ces révélations dans l’enquête judiciaire laissent entrevoir la possibilité d’un procès en révision.

Maître Sylvie Noachovitch s’est exprimée sur ces révélations et sur l’avancée de l’enquête :

On va peut-être enfin connaître la vérité. […] On attend la seconde vérification avec impatience. Depuis 2008 que je défends M. Raddad, j’ai toujours été convaincue de son innocence.

Maître Noachovitch a pu communiquer cette excellente nouvelle et ce rebondissement à son client :

Je l’ai appelé et il est très heureux. Mais maintenant, il veut connaître le coupable.

Le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, a déclaré jeudi qu’ :

Il y a un soupçon d’identité entre une des traces retrouvées et un enregistrement au fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).

Ce fichier répertorie tous les auteurs de crimes et délits en France.

Les deux empreintes génétiques qui viennent de faire basculer à nouveau l’affaire Omar Raddad proviennent de nouveaux prélèvements effectués en novembre 2015 sur un chevron et deux portes.
Les portes en question portaient la terrible marque, qui a symbolisé toute cette affaire et qui accablait Omar Raddad, des inscriptions réalisées avec le sang de la victime : Omar m’a tuer.

Les premièrs résultats des analyses communiqués le 10 octobre dernier avaient permis de déterminer que ces traces ADN ne correspondaient pas au profil génétique d’Omar Raddad.

Son avocate Maître Noachovitch est revenue sur les possibles résultats de ces traces ADN et des nouvelles expertises qui vont être menées sur les prélèvements :

On va avoir un nom. Cela écarte l’hypothèse du journaliste ou policier qui aurait déposé son ADN sur le scellé. Pour l’instant on ne sait pas de qui il s‘agit, mais ce n’est pas une personne connue. Cela pourrait être un commanditaire.

L’affaire Omar Raddad a inspiré de nombreux journalistes et romanciers qui ont publié de nombreux livres de contre-enquêtes. Son ancien avocat, Maître Jacques Vergès, avait publié un ouvrage marquant « Omar m’a tuer ». Roschdy Zem a réalisé un biopic sur sa vie et cette terrible affaire judiciaire. La thèse de l’innocence du jardinier avait été privilégiée dans le long-métrage.

Agé aujourd’hui de 53 ans, Omar Raddad vit actuellement au Maroc. Il y réside auprès de sa mère, tombée malade.

Cette affaire a détruit sa vie. Il a le sentiment d’avoir vécu une injustice et souffre d’une lourde dépression.

Suite à ces nouveaux prélèvements et ces révélations, un nouveau procès pourrait s”ouvrir pour établir son innocence de manière définitive et apporter de nombreuses réponses à l’une des plus grandes énigmes judiciaires et criminelles des années 1990.

affaire-omar-raddad-lenquete-relancee-grace-a-une-trace-adn

Publié le samedi 22 octobre 2016 à 10:05, modifications vendredi 21 octobre 2016 à 19:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !