Justice

Le Sénat rejette la création d’une commission d’enquête sur la pédophilie dans l’Eglise

Le groupe socialiste, emmené par Patrick Kanner avait demandé la constitution d’une commission d’enquête sur les abus sexuels dans l’Eglise.

Plusieurs sénateurs socialistes, conduits par Patrick Kanner, avaient signé la pétition lancée par le journal Témoignage chrétien sur la demande de mise en place d’une commission d’enquête sur la pédophilie dans l’Eglise. Or, déjà abandonné par l’Assemblée nationale, la commission des Lois du Sénat a jugé irrecevable mercredi 17 octobre une telle requête.

Le PS dénonce une réponse politicienne

Ainsi, les sénateurs débattaient-ils de cette proposition, portée par les socialistes, mercredi 17 octobre au matin. A l’issue de la réunion, elle a été jugée irrecevable par une majorité d’élus. Ceux de la droite et du centre s’y sont opposés. Tandis que leurs collègues socialistes, communistes et de La République en marche (LRM) ont voté pour. Les radicaux de gauche se sont, eux, abstenus.

Selon le président de la commission des lois du Sénat, Philippe Bas (Les Républicains), la demande déposée par les socialistes n’est pas acceptable pour des raisons juridiques qui tiennent à l’encadrement des commissions d’enquête. En effet, celles-ci ne peuvent pas porter sur des faits qui font l’objet de poursuites judiciaires. Cependant, les socialistes souhaitaient que la commission d’enquête porte plus largement sur le « traitement » des abus sexuels par l’Eglise catholique. Et non sur la révélation de nouveaux faits.

Le résultat du vote de ce matin traduit une réponse purement politicienne à une demande légitime portée par de nombreux acteurs.

A dénoncé le groupe socialiste au Sénat dans un communiqué mercredi matin.

De son côté, réagissant au micro de l’AFP, Patrick Kanner a estimé qu’il s’agissait d’une « réponse politicienne ».

La droite sénatoriale, sur un sujet aussi sensible, semble rester sur ses principes.

A-t-il regretté, soulignant que le groupe PS « n’est pas sur une logique anticléricale ». Mais au contraire « dans une logique d’aider l’Église ».

Une mission d’information à la place

Cependant, afin de ne pas donner l’impression d’éluder le sujet, les sénateurs de droite ont brandi une proposition de compromis. A l’invitation de Philippe Bas, ils ont voté en faveur de la mise en place d’une « mission d’information ». Commune à la commission des Affaires sociales et à la commission de l’Education, elle réunirait un groupe de personnalités réunissant des religieux, d’ex-ministres, des avocats et des victimes. Et, elle devrait s’intéresser plus largement à la prévention de la pédophilie dans les institutions accueillant des enfants.

Enfin, selon un récent sondage publié dans Témoignage chrétien, 88% des Français (87% des catholiques, 90% des pratiquants) se sont déclarés favorables à une commission parlementaire. Ils souhaitent  que celle-ci enquête sur les crimes pédophiles et leur dissimulation dans l’Église catholique.

Publié le jeudi 18 octobre 2018 à 14:05, modifications jeudi 18 octobre 2018 à 13:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !