Écrans : vers une régulation de l'usage de smartphones chez les enfants

Par Nassim Terki Publié le 30/04/2024 à 19:18
Enfant Devant Un écran

Des recommandations strictes sont émises par une commission d'experts mandatée par l'État pour limiter l'usage des écrans chez les enfants et les adolescents.
Des études révèlent une corrélation entre l'utilisation excessive des écrans et l'apparition de symptômes dépressifs, soulevant des préoccupations sur l'impact sur la santé mentale.

Dans un monde où les écrans envahissent nos vies, une commission d'experts alerte les parents concernant l'utilisation intensive des smartphones et autres outils numériques chez les plus jeunes.

Les recommandations récentes d'une commission d'experts sur l'usage des écrans par les enfants offrent des repères cruciaux pour les parents. Ces directives pointent du doigt les risques, proposent des limites d'âge strictes et encouragent une approche proactive pour préserver le bien-être des jeunes face aux défis numériques actuels.

Écrans et enfance : l'heure des limites et des lumières

Une commission d'experts mandatée par l'État a récemment remis ses conclusions concernant l'usage des écrans par les enfants et les adolescents. Les recommandations formulées par ce groupe de cliniciens, sociologues et épidémiologistes offrent des repères importants pour les parents, en s'appuyant sur des directives déjà établies, mais actualisées.

Parmi ces recommandations, on retrouve notamment la limitation stricte de l'utilisation des écrans avant l'âge de 3 ans, avec une interdiction totale recommandée par Santé Publique France. De 3 à 6 ans, l'usage des écrans est déconseillé et doit être limité, privilégiant des contenus éducatifs et une supervision par un adulte. Jusqu'à 11 ans, l'utilisation du smartphone devrait être évitée, et les experts suggèrent l'achat de modèles sans connexion internet pour les collégiens.

La commission recommande également d'afficher sur les smartphones la mention « ne convient pas aux moins de 13 ans » et propose une limite d'âge à 15 ans pour l'utilisation des réseaux sociaux. À partir de cet âge, les experts encouragent l'utilisation de "réseaux sociaux éthiques" tels que Mastodon et Bluesky, des plateformes décentralisées.

Ces recommandations sont actuellement en attente de validation et pourraient potentiellement être intégrées à un projet de loi déposé par le gouvernement. La commission devrait être reçue par le président de la République pour discuter des mesures proposées. Emmanuel Macron avait déjà abordé la question de l'âge minimum pour l'accès aux plateformes numériques lors de son discours à la Sorbonne, plaidant pour une majorité numérique à 15 ans au niveau de l'Union européenne.

Une nouvelle porte vers le monde digital des adolescents ?

Pour guider les parents dans la gestion de l'utilisation des écrans par leurs enfants, les spécialistes recommandent la règle des « balises 3-6-9-12 » établie par le psychiatre Serge Tisseron. Il s'agit de ne pas exposer les enfants aux écrans avant un certain âge, en fonction des contenus et des contextes individuels. Il est également crucial de communiquer ouvertement avec les enfants, de les sensibiliser aux risques et de mettre en place des mesures de contrôle parental.

Des experts mandatés par les autorités nationales dévoilent les effets néfastes de l'exposition des jeunes aux écrans, préconisant des mesures strictes pour limiter ces risques. En effet, l'utilisation intensive de smartphones et d'ordinateurs perturbe le sommeil des enfants et des adolescents, entraînant des répercussions sur leur humeur, leur capacité de mémorisation et potentiellement sur leur santé mentale. Pour contrer ces effets néfastes, il est recommandé de limiter l'accès aux écrans dans la chambre à coucher, suivant le principe de précaution prôné par l'OMS. En adoptant une approche proactive selon le credo "Moins, c'est mieux".

En outre, certaines études ont mis en évidence une corrélation entre la durée d'utilisation des écrans et l'apparition de symptômes dépressifs, pointant vers un lien potentiel entre l'exposition excessive aux écrans et la santé mentale. Cette observation soulève des questions sur l'impact global des écrans sur le bien-être psychologique et la nécessité de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à cette relation.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.

Aucun commentaire à «Écrans : vers une régulation de l'usage de smartphones chez les enfants»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis