Monde

Sud des Philippines : 2.000 civils pris au piège des combats entre l’armée et l’Etat islamique

Plusieurs milliers de civils sont dans l’attente de soins dans des camps de réfugiés après avoir fui les combats qui opposent l’armée aux islamistes dans le sud des Philippines.

Environ 2.000 civils étaient encore pris au piège ce dimanche 28 mai à Marawi, une ville du sud des Philippines.

En effet, ils sont victimes des violents combats entre l’armée et les soldats de l’Etat islamique. Ces affrontements ont déjà fait près de 100 morts en six jours.

Si l’immense majorité des 200.000 habitants de Marawi ont fui la ville, 2.000 civils y demeurent pris au piège dans des zones contrôlées par les rebelles.

Ainsi, en six jours, les violences dans la ville de Marawi ont conduit le président Rodrigo Duterte à maintenir la loi martiale « autant qu’il le faudra ».

Quelle est la situation aux Philippines ?

De violents et sporadiques combats opposent régulièrement les forces militaires nationales aux insurgés musulmans. Notamment sur la grande île de Mindanao où vivent plus de 80 % des Musulmans philippins.

Or, depuis les années 1970, les musulmans (environ 8 % de la population de l’archipel), qui se trouvent principalement dans l’île de Mindanao, revendiquent plus d’autonomie. Voire pour certains groupes, l’indépendance de l’île.

Cependant, ces revendications ont toujours été écartées par les gouvernements successifs.

A présent, différents groupes musulmans coexistent aux Philippines, comme le MILF (Front de Libération Islamique Moro). Le MNLF (Front Moro de Libération Nationale). Ou encore le BIFF (Combattants islamiques pour la Liberté de Bangsamoro).

Face à eux, il existe aussi des groupes terroristes comme Maute et Abou Sayyaf. Ce dernier fait régulièrement parler de lui en prenant des otages et en demandant des rançons très élevées.

Or, quand ces groupuscules se rattachent à un mouvement beaucoup plus large et beaucoup plus organisé, comme l’Etat islamique, ils bénéficient d’une logistique puissante et donne évidemment à leurs actions un écho dramatique.

L’Etat islamique veut créer un califat aux Philippines

La progression de groupuscules islamistes rattachés à l’État Islamique aux Philippines a ainsi plongé l’île de Mindanao dans le chaos.

En effet, les terroristes des groupes Maute (une autre ramification de Daech) et Abou Sayyaf ont pris le contrôle de cette ville de Marawi. Il s’agit d’un bastion musulman au sein d’un pays à majorité catholique.

Maute qui opère dans la région de Lanao du Sud sur l’île de Mindanao s’est rendue célèbre en septembre 2016. A l’époque, ils avaient revendiqué une attaque à la bombe meurtrière à Davao, la plus grande ville de l’île de Mindanao.

Ils veulent établir un califat islamiste qui comprendrait également la Malaisie et l’Indonésie (deux pays à majorité musulmane).

Depuis le début des violences, et notamment depuis que le chef de police de Malabang s’est fait décapiter à un poste de contrôle des rebelles, les autorités philippines ont déployé les forces spéciales ainsi que plusieurs hélicoptères de combat.

Ainsi, les bombardements se sont intensifiés sur certains quartiers de Marawi.

L’armée des Philippines, équipée d’hélicoptères et de blindés, tentait jeudi de venir à bout des djihadistes.

Cependant, selon l’AFP des dizaines d’islamistes provenant d’Indonésie, de Malaisie et de Singapour auraient déjà atteint le sud des Philippines pour participer aux combats.

Publié le lundi 29 mai 2017 à 14:23, modifications lundi 29 mai 2017 à 18:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !