Des salariés renoncent à leur formation dès aujourd'hui : voici pourquoi

Par Nassim Terki Publié le 01/05/2024 à 12:00
Formation Salariés

Les salariés devront désormais mettre la main à la poche pour utiliser leur Compte personnel de formation.
Les formations les moins chères, seront les plus impactées par cette nouvelle obligation.

Une nouvelle participation pour se former, soulève inquiétudes et interrogations, mettre la main à la poche est devenu inévitable. Alors, à partir d'aujourd'hui, de nombreux salariés seront contraints de renoncer à leurs formations.

La récente décision du gouvernement d'imposer une participation de 100 euros aux salariés utilisant leur CPF suscite à la fois controverses et interrogations. Alors que Bercy vise des économies substantielles, cette mesure soulève des inquiétudes quant à son impact sur l'accès à la formation pour certaines catégories de travailleurs.

Assiette CPF : un dilemme financier pour les salariés en quête d'évolution professionnelle

Après de longues délibérations, le ministère de l'Économie et des Finances a pris une décision tranchée. À compter de ce 1er mai, les salariés qui feront usage de leur Compte personnel de formation (CPF) devront désormais s'acquitter d'une participation financière de 100 euros.

Selon Les Echos, cette mesure devrait générer des économies substantielles pour l'État, estimées à 250 millions d'euros dès l'année 2024, puis à 375 millions d'euros annuellement. Cette mesure devrait également avoir pour effet de réduire le nombre de demandes de formation.

Le ministre du Budget, Thomas Cazenave, a souligné que 20 % des salariés pourraient renoncer à une formation en raison de cette contribution financière. Alors que les infirmiers scolaires bénéficient d'une augmentation salariale, aujourd'hui même, cette nouvelle disposition contrariante oblige ceux souhaitant se former à débourser cette somme de leur propre poche.

CPF : entre avantages et inégalités, qui seront les grands perdants ?

Les conséquences de cette nouvelle mesure ne seront pas les mêmes pour tous. En effet, le reste à charge de 100 euros représente 6,4 % du coût moyen d'une formation via un CPF, évalué à 1560 euros. Cette ponction devrait particulièrement impacter ceux qui ont recours à leur CPF pour financer l'obtention du permis de conduire, une formation moins coûteuse, mais très demandée. En revanche, les bénéficiaires visant des formations longues et plus coûteuses, comme un CAP ou des cours de langue, seront davantage avantagés par cette mesure.

Quant aux exemptions, la Fédération des acteurs de la compétence pointe du doigt le risque que ce reste à charge « freine fortement l'accès des actifs au CPF, dont plus de 80 % sont des ouvriers-employés ». L'organisation préconise une exonération pour les formations en dessous de 1500 euros, actuellement réservée aux demandeurs d'emploi. La ministre du Travail, Catherine Vautrin, s'est engagée à lancer des discussions avec les partenaires sociaux afin d'étudier cette mesure de plus près.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.

Aucun commentaire à «Des salariés renoncent à leur formation dès aujourd'hui : voici pourquoi»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis