Monde

Liban : une association pro-LGBT dénonce les “menaces” de religieux

L’ONG Proud Lebanon, une organisation pro-LGBT ( Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) organisait dimanche dernier à Beyrouth un colloque pour lutter contre la discrimination à l’égard de la communauté homosexuelle. Mais l’événement a du être annulé à cause de menaces faites par des religieux.

Dimanche 14 mai, le colloque d’une ONG pro-LGBT, Proud Lebanon, prônant la tolérance envers la diversité sexuelle, a annulé son événement à la suite de menaces proférées par des religieux.

 

L’événement a dû être annulé

L’homosexualité est encore aujourd’hui, un sujet sensible au Liban comme dans beaucoup de pays méditerranéen. Ce colloque qui devait se dérouler dans un hôtel de Beyrouth en présence de journalistes, de médecins et d’artistes a vu sa conférence annulée à cause des menaces proférées par l’association des oulémas musulmans. Bertho Makso, directeur de Proud Lebanon, créée en 2014, a déclaré à L’AFP

Mais l’association des oulémas (théologiens) musulmans a menacé d’organiser des manifestations devant l’hôtel, qui a finalement annulé l’événement.

Des menaces prises au sérieux

D’après Monsieur Makso, l’hôtel a craint les menaces exprimées sur le réseau Facebook des oulémas. Ils déclaraient, «dernier avertissement». Ils appelaient également le ministère de l’Intérieur à «interdire» le colloque qui était selon eux un «crime contre la vertu».

Dans ce communiqué ils prévenaient également,

 Si les autorités n’assument pas leur rôle, elles devront faire face aux conséquences de la mobilisation de tous ceux qui se soucient de la vertu et de l’honneur (…) pour interdire ce colloque.

Il n’en a pas fallu plus pour que le directeur de Proud Lebanon prennent ces menaces au sérieux et déclare,

 Il s’agissait de vraies menaces. Nous avons alors pensé organiser l’événement dans un endroit public, mais qui pouvait garantir la sécurité des participants?

Les oulémas, quant à eux se sont félicités de l’annulation du colloque.

Ce colloque prévoyait la diffusion d’un documentaire sur des LGBT ayant souffert de discriminations au Liban. La conférence devait être axée sur l’importance du soutien des familles à leurs enfants homosexuels.

Seconde annulation pour l’ONG

En effet, en 2016 le colloque de l’association Proud Lebanon qui devait avoir lieu, a du être annulé. Cette fois-ci, sous la pression des autorités religieuses Chrétiennes. Même si le Liban est considéré comme étant plus tolérant que d’autres pays arabes sur le sujet de l’homosexualité, il n’en reste pas moins frileux sur ce sujet. Les homosexuels sont d’ailleurs régulièrement confrontés à des descentes de police dans les boites de nuit qu’ils fréquentent. Ils subissent également des railleries dans des émissions télévisées.

De leur côté les militants LGBT demandent la suppression de l’article de loi 534 du Code pénal libanais. Dans cet article, il est dit que les relations sexuelles «contre nature» sont illégales. Les homosexuels encourent une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison.

 

 

 

 

Publié le mardi 16 mai 2017 à 15:54, modifications mardi 16 mai 2017 à 15:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !