Suppression du télétravail : La moitié des cadres menace de démissionner

Par Lina Djebali Publié le 14/03/2024 à 14:40
personne qui fait du télétravail

Un retour au travail en présentiel voulu par de nombreuses entreprises.
Des employés réticents à l'idée de ne plus pouvoir travailler chez eux.

Le télétravail a su gagner du terrain depuis quelques années, faisant découvrir une nouvelle manière d'occuper ses fonctions professionnelles. Apprécié des uns, redoutés par d'autres, le télétravail sera-t-il toujours d'actualité dans les mois à venir ?

Depuis maintenant quatre ans, les entreprises ont été contraintes de faire travailler leurs employés à distance en raison de la pandémie. Un retour progressif aux bureaux s'est fait, tout en gardant 2 à 3 jours en télétravail. Quoi qu'il en soit, ce nouveau mode de travail s'est solidement installé dans les pratiques professionnelles des salariés à travers le monde, y compris en France.

Cependant, nombreuses sont les entreprises qui envisagent de faire revenir leurs salariés en présentiel, une perspective qui semble ne pas séduire tout le monde.

Rétropédalage sur le télétravail pour mieux encadrer

Selon le média HelloWorkplace, en France comme dans d'autres pays, certaines entreprises ont amorcé un mouvement de retour progressif vers le travail en présentiel, en raison des limites constatées du travail à domicile. Ces dernières incluent notamment une baisse de productivité des travailleurs et des perturbations importantes dans la gestion des entreprises.

« Quand le télétravail s’est généralisé, c’était un peu open bar. Chacun y allait de son organisation personnelle. Or, dans un monde hybride, comme ailleurs, il faut des règles. Les salariés ressentent un durcissement des conditions de télétravail, mais ce ne sont que des règles qu’il faut poser pour que le télétravail puisse durer » a déclaré Benoît Serre, vice-président de l'Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines (ANDRH), dans une interview accordée au journal Le Monde.

Du côté des salariés français, ces derniers ne semblent pas enthousiastes à l'idée de retourner au travail quotidien au bureau et souhaitent garder le rythme actuel.

Près d'un cadre sur deux démissionnerait en cas de suppression du télétravail

Le travail à distance ou à domicile s'est solidement enraciné dans les habitudes des Français au point où sa suppression pourrait entraîner la démission de nombreux salariés. C'est du moins ce que révèle une étude menée par l'Association pour l'Emploi des Cadres (APEC).

Les résultats de cette enquête, relayés par france info, démontrent que le télétravail est largement plébiscité, pour plusieurs raisons : la réduction du temps de transport, la possibilité de travailler dans le calme, ainsi que la flexibilité des horaires.

Par conséquent, un retour au 100 % présentiel est inconcevable pour eux : « 7 cadres sur 10 seraient mécontents si leur entreprise réduisait le nombre de jours de télétravail autorisés. Près de la moitié des cadres (45 %) affirment même qu'ils quitteraient leur entreprise si le télétravail était supprimé, un chiffre qui grimpe à 57 % chez les cadres de moins de 35 ans », indique l'étude.

Celle-ci a également révélé que les jeunes cadres sont conscients des inconvénients du travail à distance, notamment le manque d'interactions avec leurs collègues. Toutefois, cela n'entame en rien leur volonté de maintenir le télétravail.

De plus, il est apparu que les entreprises qui intègrent le travail en hybride dans leurs offres d'emploi bénéficient d'un avantage considérable. En effet, les jeunes talents n'hésiteront pas à postuler chez elles. « Actuellement, seuls 50 % des cadres seraient disposés à rejoindre une entreprise qui ne propose pas de télétravail. En ne le proposant pas, une entreprise se prive ainsi de la moitié des candidats potentiels », révèle l'étude.

Diplômée d’un master en Finance d’entreprises et rédactrice de profession, j'apprécie le fait de partager mes connaissances et les dernières actus a travers mes écrits.

Aucun commentaire à «Suppression du télétravail : La moitié des cadres menace de démissionner»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis