Le niveau des nappes phréatiques est inquiétant dans 5 départements selon le BRGM

Par Rym El-Kechaï Publié le 25/03/2024 à 09:59
cours d'eau et carte de la France représentant l'état des nappes phréatiques en mars 2024

5 départements connaissent un niveau historiquement bas des nappes phréatiques.
Le BRGM annonce une belle hausse des niveaux de l'eau en France comparativement à mars 2023.

Cinq départements du sud de la France connaissent actuellement un niveau très bas des nappes phréatiques.

Le 24 mars dernier, le site info-secheresse.fr a publié des données alarmantes concernant le niveau des nappes phréatiques dans 5 départements du sud de la France.

5 départements ont un niveau bas des nappes phréatiques

Les 5 départements touchés par cette problématique sont : la Loire, la Lozère, l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales, bien que la situation semble plus rassurante pour les deux premiers.

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu s'est exprimé sur le sujet sur France Info : « des endroits nous inquiètent : une partie du pourtour méditerranéen, un petit bout de la vallée du Rhône et surtout ce territoire des Pyrénées-Orientales qui est dans une situation atypique et terrible ».

En métropole, 9 % des nappes affichent même des niveaux « très bas », notamment celles du Roussillon, qui traversent les Pyrénées-Orientales. Les ressources sont historiquement faibles dans ce département, le plus sec de France, en raison d’un manque conséquent de précipitations depuis trois ans.  « Il n’y a eu aucune recharge depuis un an et demi », éclaire Violaine Bault, y compris cet hiver. Les quelques pluies récentes « ont été insuffisantes pour pénétrer en profondeur. Elles ont seulement servi à humidifier les sols très secs », ajoute l’experte.

En raison de la pénurie d’eau dans les réserves souterraines, le BRGM alerte sur un « fort risque » d’intrusion d’eau de mer dans les nappes côtières, précisant que tous les prélèvements d’eau potable ont été interdits sur le littoral des Pyrénées-Orientales. L'établissement alerte également sur un risque de sécheresse encore plus sévère en 2024 dans le Languedoc-Roussillon s’il ne pleut pas dans les deux prochains mois.

Selon le site VigiEau, 5 départements sont soumis à des restrictions d’usage à la sortie de l’hiver. Une grande partie des Pyrénées-Orientales, où des limitations sont en place depuis près de deux ans, reste classée en état de « crise » (le plus haut niveau), tout comme une partie de l’Aude et de l’Hérault. Le département de la Lozère est quant à lui placé en « alerte », et plus au nord, une partie de l’Ain est en « alerte renforcée ». Malgré des nappes dans le rouge, l’Aveyron n’a pas encore mis en place de mesures d’économie.

Les dernières pluies ont-elles réussi à contraster avec la sécheresse connue en France ?

Selon le détail publié par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) le jeudi 14 mars, il y a une bonne nouvelle. En effet, en ce début du mois de mars, 46 % des nappes phréatiques affichaient des niveaux au-dessus des normales mensuelles, contre 5 % à la même période l'an dernier.

Selon Météo France, le pays a connu un excédent de pluie de 10 %, bien que cette dernière ait été mal répartie sur le territoire. « a été très satisfaisante donc ça nous [rend] optimistes » a commenté en écho Violaine Bault, hydrogéologue au BRGM. Seul un tiers des nappes reste en dessous de la normale, contre 80 % l’an dernier.

Titulaire d'un Master en Biotechnologies aujourd'hui rédactrice. Rédiger, développer des idées et transmettre l'information aux lecteurs est l'une des nombreuses facettes du métier que j'apprécie. Porté par un intérêt profond pour l'actualité française sous toutes ses dimensions, je me dédie actuellement à la rédaction d'articles touchant à des domaines variés tels que l'économie, la politique et les faits divers en France.