Tempêtes, inondations et records de chaleur : 2023, une année noire pour les assureurs français

Par Nassim Terki Publié le 27/03/2024 à 14:02
Voiture qui coule lors des inondations

En 2023, les assureurs ont déboursé des sommes astronomiques en raison des catastrophes climatiques en France, faisant de cette année la troisième plus grave après 1999 et 2022.
Les événements climatiques tels que les tempêtes et les inondations ont entraîné des coûts importants pour les assureurs, soulignant un changement d'échelle dans l'ampleur de ces catastrophes.
Le gouvernement a pris des mesures pour renforcer l'assurabilité des risques climatiques.

Les assureurs français ont été secoués par les récentes catastrophes climatiques, qui ont laissé un trou de plusieurs milliards d'euros dans leurs coffres en 2023.

France Assureurs sonne l'alarme, qualifiant cette année de « troisième plus grave » en termes de sinistres climatiques et pointe du doigt un « changement d'échelle manifeste » dans l'ampleur de ces événements dévastateurs.

L'escalade des sinistres climatiques : 2023 en bronze après 1999 et 2022

Les chiffres sont sans appel : en 2023, les assureurs français ont dû débourser la somme astronomique de 6,5 milliards d'euros pour faire face aux catastrophes climatiques. Une année marquée par une série d'événements dévastateurs qui ont placé 2023 au triste rang de la troisième année la plus grave en termes de sinistres climatiques, après 1999 et 2022, selon les déclarations de Florence Lustman, présidente de France Assureurs, à l'Agence France-Presse (AFP).

Le constat est alarmant, et la facture des dégâts causés par les tempêtes, inondations et autres phénomènes extrêmes ne cesse de s'alourdir, témoignant d'un véritable « changement d'échelle » dans la gravité de ces événements. En effet, les tempêtes Lothar et Martin en 1999, ainsi que les événements climatiques de 2022, ont laissé des traces indélébiles avec des coûts respectifs de 13,8 milliards et 10 milliards d'euros pour les assureurs.

La présidente de France Assureurs insiste sur cette évolution inquiétante, soulignant que les montants dépensés pour couvrir les risques climatiques ont progressivement augmenté au fil des années. « Des 2,7 milliards par an dans les années 2000 à 2008, nous sommes passés à 3,7 milliards entre 2010 et 2019, pour atteindre désormais une moyenne de 6 milliards, en incluant les années 2022 et 2023 », ajoute Mme Lustman à l'AFP.

Les sinistres climatiques s'intensifient en 2023

L'année 2023 a été marquée par une série de phénomènes climatiques extrêmes en France, la plaçant comme la deuxième année la plus chaude après 2022. Parmi ces événements, on dénombre 15 phénomènes venteux, avec des rafales dépassant les 150 km/h, ainsi que 14 inondations touchant plus de 15 communes à chaque fois, entraînant des arrêtés de catastrophe naturelle. Les tempêtes Ciaran et Domingos, frappant le Nord-Ouest, ont engendré 517 000 sinistres, pour un coût total de 1,6 milliard d'euros selon les données de France Assureurs. De plus, les inondations survenues dans le Nord à la fin de l'année ont affecté 40 000 personnes.

Le gouvernement a mandaté Thierry Langreney, ex-directeur général de Pacifica, pour étudier la question de l'assurabilité des risques climatiques, avec une publication très attendue par le secteur de l'assurance. En fin d'année dernière, une augmentation de la surprime du régime de catastrophes naturelles – Cat Nat – a été annoncée, passant de 12 % à 20 % à partir de 2025 pour tous les assurés.

Cette garantie couvre divers risques tels que les inondations et les sécheresses, l'État prenant en charge la moitié des coûts pour soulager les assureurs. Ce partenariat public-privé a pour objectif de rendre assurables des risques qui seraient sinon inabordables pour les compagnies d'assurance. Florentine Lustman, de France Assureurs, souligne l'importance d'une prévention efficace en amont des catastrophes, appelant à un changement significatif dans nos comportements pour faire face aux défis climatiques.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.