Vendre les biens immobiliers de l'État. Une solution pour éponger le déficit ?

Par Nassim Terki Publié le 07/04/2024 à 15:31
Hôtel de Matignon : Bâtiment appartenant a l'État Français

L'État a vendu quelques biens immobiliers en 2023 dans le cadre de ses efforts pour réduire son parc immobilier et faire des économies.
Le gouvernement cherche à ramener le déficit sous les 3 % en 2027 et envisage des mesures pour atteindre cet objectif.
L'État prévoit de réduire les surfaces de bureaux occupées par l'administration.

L'État français allège son fardeau immobilier pour une stratégie de rationalisation audacieuse.

L'État français a entamé un processus de réduction de son parc immobilier afin de réaliser des économies significatives. En 2023, 645 biens ont été vendus pour une valeur de 280 millions d'euros, marquant une étape importante dans cette stratégie de rationalisation des ressources gouvernementales.

« C'est vertueux pour la planète, ça l'est aussi pour les finances », déclare Thomas Casenave

Dans une démarche visant à rationaliser ses dépenses et réduire son parc immobilier, l'État français a procédé à la vente de 645 biens immobiliers en 2023, pour un montant total de 280 millions d'euros. Souligne le Figaro. Cette décision s'inscrit dans une volonté de réduire les dépenses énergétiques et d'optimiser les finances publiques, comme l'a souligné le ministre des Comptes publics, Thomas Cazenave.

Face à un déficit historique de 5,5 % en 2023, le Premier ministre Gabriel Attal s'est engagé à ramener ce chiffre en dessous de 3 % d'ici 2027, tout en évitant les hausses d'impôts. Dans cette optique, le gouvernement prévoit de présenter la piste de la « taxation des rentes » lors du prochain conseil des ministres, en suivant les recommandations des députés de la majorité.

L'État français axe sa stratégie : vendre pour mieux rentabiliser, économiser et innover

Dans un contexte où l'État dépense annuellement 2 milliards d'euros en loyers, Thomas Cazenave a également souligné un objectif de réduction des surfaces occupées par l'administration de 25 %, ce qui permettrait des économies significatives en termes d'entretien et de loyers. Par ailleurs, le ministre estime que les cessions de biens immobiliers pourraient générer jusqu'à 5 milliards d'euros, alors que l'État possède près de 100 millions de mètres carrés répartis dans 190 000 bâtiments.

En parallèle, des initiatives telles que la mise en location de certains espaces ont permis d'augmenter de 20 % les gains tirés des loyers versés par les occupants du parc immobilier, générant ainsi 1 milliard d'euros de recettes l'année dernière. Cette gestion proactive vise à optimiser les ressources de l'État et à atteindre des objectifs budgétaires plus ambitieux, tout en favorisant une transition écologique et financière profitable.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.

Aucun commentaire à «Vendre les biens immobiliers de l'État. Une solution pour éponger le déficit ?»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis