Immobilier : les prix et les taux s'effondrent, une opportunité en or pour les futurs acheteurs

Par Lina Djebali Publié le 25/03/2024 à 13:29
Bâtiments parisiens

La baisse des ventes des logements va continuer en 2024.
La Fnaim prévoit une baisse des prix des logements de 5 à 8 %.

Après la chute enregistrée en 2023 dans l'immobilier, le secteur semble se stabiliser pour l'année 2024, du moins c'est ce que disent les professionnels.

Le marché immobilier a connu une chute historique des ventes, marquant ainsi une période difficile. Cependant, des signes d'amélioration se dessinent pour cette nouvelle année, selon le dernier rapport de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).

Un vent favorable souffle sur le marché de l'immobilier

Les ventes de logements ont connu une baisse significative, atteignant un niveau sans précédent depuis des décennies, avec une chute de 22 %. Cette tendance s'explique par un recul des acheteurs potentiels, non pas par un manque d'intérêt, mais plutôt par des contraintes financières les empêchant tout simplement de réaliser leurs projets d'achat.

Selon la Fnaim « les effets combinés de l’inflation, de la hausse des taux d’intérêt et des difficultés d’accès au crédit immobilier ». En l'espace de deux ans, les citoyens ont vu leur pouvoir d'achat immobilier diminuer de 15 %.

Cette tendance à la baisse devrait se poursuivre en 2024, avec une prévision de diminution des volumes de ventes de 7 à 10 %. Toutefois, cette baisse devrait contribuer à fluidifier le marché, car parallèlement, une diminution des prix de 5 à 8 % est anticipée. Selon Loïc Cantin, président de la Fnaim. « Cette fois, la baisse des prix est enclenchée et elle est salutaire » Loïc Cantin, président de la (Fnaim) au média Le Figaro.

La baisse des taux fera-t-elle la différence ?

L'année de 2024 a bien débuté pour le secteur, c'est en tout cas ce qu'ont affirmé certaines agences immobilières. « Nous voyons revenir des acheteurs et des vendeurs qui ont des projets sur le moyen ou long terme alors que l’an passé, le marché était surtout animé par des ventes contraintes » se félicite Jordan Frarier, président de Foncia Transaction.

C'est également le cas d'une agence immobilière où son fondateur, Julien Haussy, souligne : « Il y a vraiment un regain d’activité depuis le début de l’année avec l’arrivée de nouveaux acheteurs, estime-t-il. Plus de la moitié d’entre eux paient comptant. Ils sont motivés, mais sélectifs et prennent leur temps pour négocier et faire jouer la concurrence. Ils n’hésitent pas à réclamer du - 15 à - 20 % sur les biens avec défaut pour obtenir entre - 10 et - 15 % ».

Si la baisse des prix devrait attirer davantage de clients, c'est l'évolution des crédits immobiliers qui devrait réellement dynamiser le secteur. Jordan Frarier souligne que « La baisse des taux a joué un rôle évident, mais nous notons surtout avec satisfaction le retour à un esprit beaucoup plus ouvert des banques, dont certaines qui se montrent très accueillantes pour les projets immobiliers ».

Pour ceux envisageant l'acquisition d'un logement, Frédéric Bourelly, fondateur du réseau Mon Chasseur Immo, recommande de saisir l'opportunité avant l'été. Selon lui, « Avant l’été, ce sera le meilleur moment pour acheter, Car dès que les taux auront baissé plus sérieusement, les acquéreurs seront rapidement de retour et les prix remonteront. Il sera toujours temps de renégocier par la suite les conditions de son prêt ».

Diplômée d’un master en Finance d’entreprises et rédactrice de profession, j'apprécie le fait de partager mes connaissances et les dernières actus a travers mes écrits.