À l'approche de Pâques le prix du chocolat flambe : Voici pourquoi

Par Nassim Terki Publié le 26/03/2024 à 15:36
chocolat de Pâques

Hausse des prix du chocolat à Pâques, les Français devront gonfler leur budget pour pouvoir honorer la tradition.
Des conditions météorologiques défavorables qui continueront à provoquer une hausse considérable du prix du cacao.

Cette année, les chocolats de Pâques risquent de peser plus lourd sur le porte-monnaie des Français. Une hausse vertigineuse des prix a été observée chez plusieurs marques emblématiques.

En effet, le cours mondial du cacao a connu une hausse spectaculaire de 162 % entre les fêtes de Pâques de l'année dernière et celles à venir, selon la plate-forme de trading et d'investissement eToro. Cette tendance a un impact direct sur les prix en magasin, alors que la célébration de Pâques approche à grands pas.

Chocolat de Pâques : une tradition qui risque de coûter cher cette année

Les chocolats sont une tradition incontournable de Pâques, représentant environ 10 % des ventes annuelles de ce secteur. Chaque année, des millions de tonnes de délices chocolatés trouvent preneur pour célébrer cette fête chrétienne majeure. Après Noël, Pâques est en effet l'une des périodes les plus importantes pour l'industrie chocolatière.
Ainsi, si les amateurs de chocolats veulent continuer à honorer la tradition cette année, il leur faudra probablement se préparer à un budget plus conséquent. En effet, la hausse significative du cours mondial du cacao se fera rapidement sentir dans les rayons des magasins.

Pourquoi une hausse des prix du cacao ?

La hausse des prix du chocolat a ses racines dans le réchauffement climatique, qui perturbe les récoltes de cacao en Afrique de l'Ouest, principale région productrice. Une sécheresse extrême a frappé ces dernières semaines et mois, affectant ainsi la croissance des plantations.

Le phénomène météorologique El Niño est largement responsable de ces conditions météorologiques extrêmes, augmentant les températures et provoquant des épisodes de sécheresse et de fortes pluies. En Côte d'Ivoire, des agriculteurs signalent une baisse de qualité du cacao en raison de l'évaporation accrue et du manque d'humidité.

De plus, une saison des pluies intense a récemment interrompue la sécheresse, favorisant ainsi la prolifération d'une infection fongique appelée "swollen shoot", qui endommage les fèves de cacao. Ces facteurs ont entraîné une augmentation des coûts de production et donc des prix pour les consommateurs de chocolat.

L'ensemble de ces facteurs a fait grimper le prix de la tonne de cacao à plus de 6200 euros en début d'année.

Une augmentation déjà observée il y a quelques mois

L'envolée du cours mondial du cacao, enregistrée à 162 % entre Pâques 2023 et Pâques 2024, a suscité l'attention des acteurs de l'industrie du chocolat.
Cette hausse a déjà eu des répercussions sur les prix des produits chocolatés en magasin. À l'approche de Halloween, les consommateurs ont constaté une augmentation moyenne de 12 % des prix en France par rapport à l'année précédente.

Les chocolatiers, conscients de cette tendance, commencent à anticiper des hausses de prix pour leurs produits. Lindt & Sprüngli a déjà annoncé une augmentation de 5 % pour l'année 2024, après avoir déjà augmenté ses tarifs de plus de 10 % l'année dernière. Ferrero, de son côté, travaille à anticiper les achats de matières premières pour limiter les hausses de prix pour ses consommateurs. Le groupe n'a cependant pas donné de détails sur une éventuelle augmentation des tarifs pour Pâques 2024.

Entre février 2022 et février 2023, le prix des confiseries à base de chocolat avait déjà augmenté de 4 % en France, avec une hausse plus importante pour les boîtes de chocolats (+8,7 %) et les rochers et bouchées (+10,4 %). Les consommateurs devront donc probablement s'attendre à des tarifs plus élevés pour leurs chocolats de Pâques cette année.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.