Virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo circule en France : comment s'en protéger ?

Par Ali Ch. Publié le 29/05/2024 à 09:02
Virus De La Fièvre Hémorragique De Crimée Congo
Virus De La Fièvre Hémorragique De Crimée Congo

À l’approche de la saison estivale, Santé publique France alerte sur la présence de tiques porteuses du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo dans le sud de la France et en Corse. L’autorité sanitaire rappelle dans un communiqué les conseils de prévention à adopter pour éviter d’être infecté.

Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) inquiète les autorités sanitaires du pays. Importé d'Afrique par les oiseaux migrateurs, le virus a été détecté dans des tiques sur des bovins dans les Pyrénées-Orientales et en Corse, rapporte Santé publique France dans un communiqué publié jeudi 23 mai. Le virus semblable à Ebola peut provoquer une infection grave chez l’Homme.

À l’approche de l’été qui rime aussi avec le retour en force des tiques, les autorités sanitaires rappellent les gestes à adopter pour se protéger de ces piqûres et éviter d'être contaminé.

Qu’est-ce que la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) ?

Le virus FHCC se transmet le plus souvent par la piqûre d’une tique Hyalomma marginatum infectée par le virus. Cette espèce se démarque des autres espèces que l’on retrouve en France, car elle est plus grosse et possède des pattes rayées. Installée en Corse depuis de nombreuses années, cette espèce de tique est également présente depuis une dizaine d’années sur l’ensemble du littoral méditerranéen français (Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Ardèche, Drôme, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes), selon Santé publique France.

La FHCC est une « infection causée par un virus qui peut provoquer chez l’humain de la fièvre, des frissons, des troubles digestifs et, dans de rares cas, une maladie hémorragique avec des saignements incontrôlés, pouvant entraîner la mort » décrit Santé publique France. À ce jour, aucun cas humain de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) « n’a été diagnostiqué » en France, mais le risque de contamination « est maintenant démontré » souligne l’organisme sanitaire.

Comment éviter d’être infecté par le virus de la FHCC ?

Pour se prémunir contre la FHCC, il existe des conseils de prévention, faciles à suivre. Selon Santé Publique France, la principale manière de se protéger contre ce virus est d'éviter les piqûres de tique. Pour ce faire, il est recommandé d’adopter les mesures de protection individuelle, au printemps et en été, dans les lieux où la tique est installée (zones sèches de garrigues et de maquis, pâtures, chemins de randonnée, champ, cultures, vergers, vignes, etc.) :

  • Porter des vêtements couvrant les jambes et les bras, de couleur claire de préférence pour mieux voir la tique
  • Porter des chaussures fermées
  • Inspecter régulièrement son corps et celui des enfants
  • Disposer d’un tire-tique ou une pince fine pour retirer la tique rapidement en cas de piqûre

Que faire en cas de piqûre de tique ?

Dans le cas où vous êtes victimes de piqûre de tique, Santé publique France indique les gestes simples à suivre. Le premier geste à avoir, en cas de piqûre par une tique, est de la retirer avec un tire-tique ou une pince fine. Il faut par la suite désinfecter le point de piqûre et photographier la tique si possible. Dans les 14 jours après la piqûre et si vous ressentez de façon brutale un des symptômes de la FHCC, comme de la fièvre, des maux de tête ou des douleurs dans les muscles ou les articulations, consultez un médecin en lui montrant l'image, explique l’organisme public de santé.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.