Ils choisissent l'Allemagne : Le français Alstom mis de côté dans le projet de train à grande vitesse des USA

Par Rym El-Kechaï Publié le 02/05/2024 à 21:11
Tgv Usa

Alstom devance par la concurrence Allemande, elle perd un gros contrat.
Les USA décident finalement de faire volt-face et se tournent vers Siemens pour son projet d'envergure.

Coup de massue pour Alstom qui vient de perdre un gros contrat avec les USA. Il semblerait que l'Allemagne ait su avancer les bons arguments.

L'ambition de voir un premier train à grande vitesse aux États-Unis prend forme, mais sans la contribution d'Alstom. L'entreprise française a été évincée de l'appel d'offres pour la conception des trains qui circuleront entre Los Angeles et Las Vegas, au profit de son concurrent allemand, Siemens.

Siemens Mobility au premier rang et s'implante aux USA

L'annonce a été faite par Brightline West, l'exploitant du projet, ce jeudi : « Siemens Mobility a été désigné comme soumissionnaire privilégié » pour construire la « flotte de dix trains » qui circuleront sur ce futur tronçon. Le montant de la transaction, bien qu'encore en discussion, pourrait atteindre jusqu'à 12 milliards de dollars selon la presse américaine.

Ce premier TGV américain, baptisé American Pioneer 220, est promis à relier Los Angeles à Las Vegas en un peu plus de deux heures, contre le double de temps en voiture. Avec une capacité attendue de 11 millions de passagers par an, son ouverture en 2028 s'annonce comme un événement majeur dans le paysage des transports aux USA.

Cette initiative s'inscrit dans la volonté du gouvernement Biden de promouvoir des moyens de transport plus respectueux de l'environnement. En investissant 30 milliards de dollars dans l'extension du réseau ferré d'ici 2040, l'administration vise à doubler le nombre de passagers dans les trains américains. La liaison entre Los Angeles et Las Vegas permettra, à elle seule, de retirer trois millions de véhicules de l'autoroute reliant les deux villes, contribuant ainsi à réduire l'impact climatique des transports.

Les trains conçus par Siemens pour ce projet seront adaptés spécifiquement au marché américain et seront soutenus par une chaîne d'approvisionnement locale. Dans le cadre des grands projets d'infrastructures aux États-Unis, Siemens prévoit d'ouvrir une nouvelle usine dans le pays, conformément aux exigences croissantes de production nationale imposées par le gouvernement.

Comment a réagi Alstom face à cette perte ?

Alstom, bien que déçue de ne pas avoir remporté le contrat, déclare : « Nous sommes déçus », toutefois il se dit « prêts à saisir les opportunités futures pour faire avancer le train à grande vitesse en Amérique ».

La compétition entre les géants industriels pour façonner l'avenir du transport ferroviaire aux États-Unis promet d'être intense dans les années à venir.

Titulaire d'un Master en Biotechnologies aujourd'hui rédactrice. Rédiger, développer des idées et transmettre l'information aux lecteurs est l'une des nombreuses facettes du métier que j'apprécie. Porté par un intérêt profond pour l'actualité française sous toutes ses dimensions, je me dédie actuellement à la rédaction d'articles touchant à des domaines variés tels que l'économie, la politique et les faits divers en France.

Aucun commentaire à «Ils choisissent l'Allemagne : Le français Alstom mis de côté dans le projet de train à grande vitesse des USA»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis