Vers des températures atteignant 50 °C à Paris

Par Ali Ch. Publié le 29/05/2024 à 07:05
Température Caniculaire à Paris
Température Caniculaire à Paris

À Paris, à l’instar de nombreuses villes de France, les canicules et les vagues de chaleur sont la manifestation la plus perceptible du changement climatique, ces dernières années. Et le pire est à venir, prédisent les scientifiques. En effet, selon le climatologue français Robert Vautard, Paris pourrait être confrontée à l’avenir à des températures estivales étouffantes de plus de 50 degrés Celsius.

C’est une prévision alarmante que livre Robert Vautard, climatologue et contributeur du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans un entretien accordé lundi 27 mai au site GEO, cet éminent scientifique affirme que la barre des 50 degrés pourrait être franchie un jour dans l'Hexagone et plus particulièrement à Paris. « Une température de 50 °C à Paris ? Oui, c’est un scénario réaliste... » lance le climatologue.

L’hypothèse d’une température caniculaire, dépassant 50 °C à Paris, a été évoqué pour la première fois en 2022 dans le cadre du Groupe régional d’expertise sur le changement climatique (GREC) en Île-de-France. « Nous avons travaillé en 2022 avec la Ville de Paris sur l’hypothèse d’une température avoisinant les 50 °C dans la capitale. Est-ce que ces scénarios sont réalistes ou non ? Oui : avec un réchauffement supérieur à 2 °C, celui vers lequel on se dirige, c’est possible » affirme le climatologue français.

Le scénario de 50 °C à Paris « n’est pas une surprise » selon Robert Vautard

La Ville de Paris a d’ailleurs fait l’année dernière un exercice de crise à partir de ce scénario. « Les simulations ne sont pas parfaites, mais il faut s’y attendre. Peut-être pas tout de suite, mais à partir du milieu du siècle » explique Robert Vautard, tout en estimant que ce scénario de 50 °C à Paris, n’est pas une surprise, d’autant plus que la barre de 43 degrés a été franchie en 2019 dans la capitale, selon lui.

Mais pour Robert Vautard, les autorités locales ne semblent pas encore intégrer cette hypothèse d’une température de 50 degrés à Paris dans leurs programmes. « Ce Genre de réflexion n’est pas encore intégrée dans les politiques publiques, à l’échelle locale, notamment dans les appels d’offres pour les travaux de rénovation et de construction » regrette-t-il.

Pour Robert Vautard, l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses causes, sont nécessaires dans tous les domaines. Mais plus particulièrement dans les villes, et notamment dans le secteur de l’habitat : isolation des bâtiments, désimperméabilisation des sols pour permettre l’infiltration des eaux de pluie et une évacuation plus efficace… « On voit encore des communes qui rénovent leur place principale avec des matériaux totalement imperméables » regrette le scientifique.

La nécessité de s’adapter à la forte canicule est « urgente »

Dans le même entretien, le climatologue rappelle que l’action doit être menée selon deux grandes directions : l’adaptation et l’atténuation. « La nécessité d’adaptation est urgente, car nous allons devoir faire face à des phénomènes extrêmes, de très grande ampleur » affirme-t-il. « Les épisodes climatiques extrêmes de demain auront plus d’effets que les plus extrêmes d’aujourd’hui ! » alerte Robert Vautard.

Bien que l’Europe, « n’est pas à l’abri des impacts forts du changement climatique », Robert Vautard, estime que le Contient « est moins vulnérable et plus résilient ». « Nous avons la chance de vivre dans des régions économiquement favorisées, avec davantage de moyens pour nous prémunir des aléas climatiques et pour en absorber les chocs ». Mais comme dans le reste du monde, l’Europe connaît de grandes inégalités, reconnait-t-il. « Les personnes les plus démunies subissent plus durement les effets. Les gens vivant dans des appartements sous les toits subissent de plein fouet les canicules et ils n’ont pas forcément les moyens d’isoler leur logement » explique-t-il.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.