Tech

Virus Petrwrap : Une cyberattaque qui touche le monde entier

Une cyberattaque, provoquée par le virus Petrwrap, se répand dans le monde entier. Deux millions de serveurs en Europe et aux États-Unis ont été affectés mardi.

Depuis mardi 27 juin, une vaste cyberattaque provoquée par un « rançongiciel » baptisé Petrwrap s’est répandue dans des dizaines de pays, de l’Europe aux Etats-Unis.

Ainsi, plusieurs grands groupes internationaux ont été touchés. On parle notamment du transporteur maritime danois Maersk, du géant publicitaire britannique WPP. Ou de l’industriel français Saint-Gobain et la SNCF.

En outre, le géant pétrolier russe Rosneft a été contraint de passer sur un serveur de secours. Et la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl à revenir à des mesures manuelles du niveau de radioactivité.

Pourtant, selon les experts en informatique, cette vague de cyberattaques n’a pas encore atteint son pic.

Un logiciel de rançon à l’origine de la cyberattaque

Dans un premier temps, cette cyberattaque a touché la Russie et l’Ukraine. Elle s’est ensuite étendue à des dizaines de pays dans le monde.

Des informations rapportées par plusieurs entreprises touchées faisaient état d’un virus faisant apparaître une demande de rançon de 300 dollars sur l’écran pour débloquer leurs ordinateurs.

Ces dispositifs infectent aussi bien les PC que les Smartphones et les tablettes.

Ainsi, ils peuvent toucher aussi bien les particuliers, les institutions publiques, que les sociétés privées.

Selon plusieurs spécialistes de cybersécurité, le virus Petrwrap serait une version modifiée du ransonware Petya qui avait déjà frappé l’an dernier.

Pourtant, l’entreprise de cybersécurité russe, Kaspersky Labs, a de son côté estimé qu’il s’agissait d’un nouveau ransomware, qui n’a jamais été vu jusqu’ici.

Par ailleurs, d’autres spécialistes de cybersécurité pensent que le logiciel pourrait avoir été dérobé à la NSA, l’agence américaine de sécurité nationale.

Selon Microsoft, ce virus pourrait se propager en exploitant une faille. Celle-ci a déjà fait l’objet d’un correctif lors d’une mise à jour de sécurité proposée en mars dernier.

Le géant américain a affirmé qu’elle enquêtait toujours afin de pouvoir prendre les mesures appropriées.

Des attaques à répétition à l’avenir

En France, le parquet de Paris a ouvert mardi un dossier sur la vaste cyberattaque. Cette enquête de flagrance a été ouverte pour « accès et maintien frauduleux dans des systèmes de traitement automatisé de données ». Mais aussi pour « entrave au fonctionnement » de ces systèmes avec « extorsions et tentatives d’extorsions ».

L’affaire a été confiée à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication.

Ainsi, quelque 29.000 serveurs ont été affectés par ce virus dans l’Hexagone. Néanmoins, cela reste une goutte d’eau par rapport à l’échelle de la planète. Où déjà deux millions de serveurs ont été impactés.

Pourtant, ce phénomène des ransomwares semble se démocratiser.

Ces vagues d’attaques virales, on va en avoir beaucoup dans les prochains mois.

A ainsi prévenu le colonel Nicolas Duvinage, chef du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la Gendarmerie Nationale française, interrogé par l’AFP.

 

Publié le mercredi 28 juin 2017 à 12:33, modifications mercredi 28 juin 2017 à 10:30

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Poster un Commentaire
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Minutenews.fr Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
wpDiscuz

Vu sur le web

Vers le top