Sci-Tech

Un groupe de scientifiques avance très sérieusement que les pieuvres seraient d’origine extraterrestre

C’est l’hypothèse avancée par un groupe de 33 scientifiques pour tenter d’expliquer le génome hors du commun de la pieuvre.

De récentes découvertes sur le génome de la pieuvre ont poussé plusieurs scientifiques à émettre l’hypothèse que les pieuvres modernes auraient une origine extraterrestre. Cette théorie à première vue farfelue est pourtant soutenue par des recherches très sérieuses, d’après lesquelles il n’y aucune autre explication pour justifier les particularités exceptionnelles de cet animal marin.

Un génome particulièrement intriguant

C’est lors du premier séquençage du génome de l’espèce de pieuvre Octopus bimaculoides que les scientifiques ont commencé à s’interroger. En effet, ces animaux, qui sont apparus pour la première fois il y a près de 270 millions d’années, sont connus pour leurs capacités cognitives hors-du-commun, leur habileté et leur adaptation à leur environnement.

La pieuvre en question présente près de 33 000 gènes codant pour des protéines. Un chiffre exceptionnel, puisque les êtres humains n’en possèdent que 25 000. En outre, cet animal dispose également de deux familles de gènes que l’on ne retrouve ailleurs que chez les vertébrés, dont l’une est spécialisée dans le développement neuronal.

Ces éléments font de la pieuvre un animal totalement à part par rapport aux autres animaux sous-marins. En effet, son cerveau très développé, sa capacité de raisonnement ainsi que son apparence quasiment extraterrestre n’ont pas manqué de fasciner les hommes depuis des millénaires. Mais les révélations des scientifiques ne s’arrêtent pas là. Ces derniers ont également découvert de nombreux autres gènes dans l’ADN de la pieuvre n’existent nulle part ailleurs dans la faune et la flore terrestre.

Une théorie soutenue par les défenseurs de la panspermie

Dans un article paru dans la revue Progress in Biophysics and Molecular Biology, 33 auteurs provenant d’universités prestigieuses discutent de la théorie controversée de la panspermie. Celle-ci repose en effet sur le postulat que la vie serait apparue sur Terre après avoir été en totalité ou en partie apportée par une météorite.

Mais de façon plus précise, cet article s’interroge sur le rôle supposé de la panspermie dans l’explosion cambrienne qui a eu lien il y a 500 millions d’années. Ce terme désigne en effet le passage soudain d’une vie mono-cellulaire sur Terre à des organismes pluri-cellulaires beaucoup plus complexes. D’après les auteurs de cette étude, des virus et rétrovirus possiblement venus de l’espace aurait pu déclencher ce processus de diversification sans précédent des espèces animales.

Ces virus auraient en effet pu venir modifier le génome d’espèces pré-existantes en leur apportant un nouveau matériel génétique, qui aurait pu causer des mutations importantes, ensuite transmises de génération en génération. Malgré son aspect farfelue, cette théorie est soutenue par des découvertes comme celle de la météorite Hutchison, contenant de la matière organique (les briques essentielles du vivant), ou par la présence de bactéries dans la stratosphère terrestre.

Les pieuvres, des mutants extraterrestres ?

Dans cet article scientifique, les chercheurs évoquent une possible origine extraterrestre des pieuvres. En effet, d’après eux, les céphalopodes, qui sont apparus à la fin de l’ère du Cambrien, descendent d’une souche originel beaucoup plus simple. D’après eux, leur ancêtre ne disposait pas des mêmes atouts en terme d’intelligence, de vision et de camouflage.

La pieuvre serait donc le résultat d’une contamination par un virus extraterrestre, qui lui aurait permis de se séparer du calamar à un certain moment de son évolution en se complexifiant. Mais l’article va encore plus loin en émettant l’hypothèse que la pieuvre aurait carrément pu venir sur Terre sous la forme d’oeufs cryogénisés sur une météorite.

Ce n’est donc pas étonnant que la pieuvre ait inspiré de nombreux auteurs ou scénaristes de science-fiction pour élaborer le faciès des extraterrestres. Parmi eux on peut citer le célèbre film alien de Ridley Scott, dont les créatures ressemblent étrangement à des céphalopodes.

Mais il faut garder un certain recul par rapport aux hypothèses de cette étude. En effet, si cette théorie a le mérite d’interpeller le lecteur, il faudra toutefois mener de nombreuses autres analyses pour l’étayer davantage. En outre, l’hypothèse d’une conservation de la vie malgré les conditions extrêmes auxquelles les météorites sont exposées dans l’espace paraît hautement improbable aux yeux de nombreux scientifiques.

Publié le samedi 23 juin 2018 à 12:01, modifications samedi 23 juin 2018 à 10:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !